Montpellier: dispositif de sécurité massif autour du spectacle de la Batsheva

Montpellier: dispositif de sécurité massif autour du spectacle de la Batsheva
Manifestation de militants pro-palestiniens devant le dispositif de sécurité entourant le spectacle de la compagnie israélienne Batsheva, le 28 juin 2018SYLVAIN THOMAS
danse, ISRAEL

Le spectacle de la Batsheva, célèbre compagnie de danse israélienne, présenté jeudi soir dans le cadre de Montpellier Danse et de la saison France-Israël a été l'objet d'un dispositif de sécurité massif, dénoncé par des militants pro-palestiniens, a constaté une journaliste de l'AFP.

L'accès des piétons et cyclistes aux alentours du théâtre de l'Agora où se déroulait le spectacle à partir de 22H00 était régulé sur un large périmètre de la vieille ville de Montpellier par des barrières métalliques et des filtrages policiers.

Les riverains devaient montrer un justificatif de domicile et une pièce d'identité, les spectateurs leur billet, tandis que les journalistes munis d'une carte de presse ne pouvaient pas non plus pénétrer dans la zone.

A quelques dizaines de mètres de l'Agora, une vingtaine de militants de BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions) Hérault dénonçaient ce dispositif policier et la présence de la compagnie israélienne après avoir posé sur le sol devant les barrières métalliques des photographies de Palestiniens tués par l'armée israélienne.

"Les rues sont quadrillées alors que nous voulions juste distribuer pacifiquement des tracs à l'entrée, on se croirait à un check point israélien", dénonce José-Luis Moraguès, de BDS 34 devant un drapeau palestinien et une banderole proclamant "On ne danse pas avec l'apartheid israélien".

Entre les militants pro-palestiniens prônant le boycott, y compris culturel, d'Israël pour dénoncer l'occupation des territoires palestiniens et les passants agacés par l'ampleur du dispositif de sécurité la discussion s'engage. "On est contre la politique d'Israël, on n'achète pas de produits qui viennent des colonies, mais là ça n'a rien à voir, ce sont des artistes", estime ainsi un couple de spectateurs.

"Le boycott culturel ne vise pas les artistes, il s'attaque à l'instrumentalisation de la culture par Israël à des fins de blanchiment de ses crimes et violations du droit", proclame le tract distribué aux spectateurs et aux passants par BDS.

La Batsheva, fondée en 1964 par Martha Graham et dirigée par Ohad Naharin, connu dans le monde entier pour sa technique de danse "Gaga", donne à Montpellier jeudi, vendredi et samedi une création de la Cap-Verdienne Marlene Monteiro Freitas réunissant 18 danseurs, "Canine Jaunâtre 3".

il/est/mpf

Vos commentaires