En ce moment
 
 

Mort de George Floyd: "On me tire dessus!", des journalistes ont été visés lors des manifestations aux Etats-Unis (vidéo)

Mort de George Floyd:
©Twitter/Wave 3

Des journalistes ont été pris à partie dans plusieurs villes des Etats-Unis lors des manifestations de ces derniers jours en réaction à la mort de George Floyd, par police et manifestants, agressés, arrêtés ou ciblés par des tirs.

La scène la plus médiatisée reste celle de l'interpellation du reporter de CNN Omar Jimenez, menotté par des policiers en plein direct à Minneapolis vendredi matin, avant d'être relâché, une heure plus tard.

Mais plusieurs autres incidents ont eu lieu dans le pays, notamment à Louisville, dans le Kentucky, où un policier anti-émeute a tiré des cartouches lacrymogènes sur une équipe de télévision locale qui le filmait.

"On me tire dessus!" a crié, à l'antenne, Kaitlin Rust, de la chaîne locale WAVE 3.

A Minneapolis, une journaliste freelance, Linda Tirado, a reçu une balle en caoutchouc au visage et indiqué avoir définitivement perdu l'usage de son oeil.

"Les autorités (locales) doivent ordonner à leurs forces de police de ne pas prendre des journalistes pour cible", a exhorté samedi soir le Comité de protection des journalistes (CPJ).

Des membres des médias ont également été attaqués par des manifestants, comme le photographe Ian Smith, qui a affirmé avoir été passé à tabac à Pittsburgh avant que d'autres manifestants ne s'interposent.

A Atlanta, le siège de la chaîne d'information CNN a été attaqué vendredi par un groupe de plusieurs dizaines de personnes, qui ont notamment envoyé une grenade détonante dans le hall où se trouvaient des policiers.

Samedi matin, un journaliste de la chaîne d'information Fox News qui se trouvait devant la Maison Blanche a été chassé par des manifestants, et poursuivi sur plusieurs centaines de mètres, avant que la police ne disperse les assaillants.

"Si vous êtes manifestants, faites ce qui vous semble juste, mais ne nous empêchez pas de faire notre travail pour le public", a demandé samedi la Société des journalistes professionnels (SPJ).

Le président américain Donald Trump a lui retweeté un message expliquant: "Ironie du sort, le siège de CNN est attaqué par des émeutiers que (la chaîne) a présenté comme nobles et justes. Oops."

Depuis son élection, le chef de l'Etat s'en prend régulièrement aux médias, accusés de déformer la vérité, voire de fabriquer de fausses informations dans le but de lui nuire.

Il les a régulièrement qualifiés d'"ennemis du peuple", avec une mention particulière à CNN, sa cible favorite.

Trump annonce vouloir désigner la mouvance "Antifa" comme organisation terroriste

Le président américain Donald Trump a annoncé dimanche que son administration allait inscrire la mouvance d'extrême gauche "antifa" (antifasciste), sur sa liste américaine des organisations terroristes.

"Les Etats-Unis vont inscrire Antifa dans la catégorie des organisations terroristes", a tweeté M. Trump, qui a attribué ces derniers jours à cette mouvance et à d'autres "extrémistes radicaux" les débordements ayant fait dégénérer en émeutes des manifestations à l'origine pacifiques pour protester contre la mort d'un homme noir de 46 ans aux mains de policiers blancs. Dans une série de tweets, le président américain a également félicité les forces de l'ordre pour être parvenues à contrôler la situation samedi soir à Minneapolis. "Les anarchistes menés par les Antifa, notamment, ont été vite matés. Ca aurait dû être fait par le maire dès la première nuit, et il n'y aurait eu aucun problème", a-t-il écrit. Il faisait référence à Jacob Frey, le maire démocrate de cette grande ville du nord du pays, d'où la contestation est partie après l'arrestation mortelle de George Floyd, dont les images éprouvantes ont fait le tour du monde.

Le policier blanc, Derek Chauvin, qui maintient sur cette vidéo son genou pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire, a été arrêté vendredi et inculpé pour "homicide involontaire". Le ministre de la Justice William Barr a indiqué dans un communiqué que le FBI était chargé d'identifier les organisateurs des désordres. "La violence organisée et menée par Antifa et d'autres groupes similaires (...) est du terrorisme intérieur et sera traitée comme tel", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

 

Vos commentaires