En ce moment
 
 

Mort de Sidney Rittenberg, ex-conseiller puis prisonnier de Mao

Mort de Sidney Rittenberg, ex-conseiller puis prisonnier de Mao

Sidney Rittenberg, un ancien militaire et linguiste américain qui a passé 35 ans en Chine après la deuxième guerre mondiale, conseillant Mao Tsé-toung avant d'en subir les foudres, est décédé samedi dans l'Etat de l'Arizona, rapporte lundi le New York Times.

M. Rittenberg, mort à l'âge de 98 ans, a eu une existence marquée par des virages radicaux, fils rebelle dans une éminente famille de Caroline du Sud, épousant ensuite les idéaux marxistes-léninistes, puis conseillant finalement des figures capitalistes telles que Bill Gates ou le magnat de l'informatique Michael Dell.

Parlant couramment le mandarin, connu en Chine sous le nom de Li Dunbai, Sidney Rittenberg est devenu membre du Parti communiste chinois dès 1946. Officiant comme interprète, il a voyagé avec Mao et l'Armée rouge.

Il fut un témoin direct de la guerre civile qui aboutit en 1949 à la proclamation de la République populaire de Chine. Admis dans le cercle rapproché de Mao Tsé-toung, il cultiva également des relations directes avec Zhou Enlai, son second.

Sa fidélité fut récompensée par des responsabilités au gouvernement chinois, où il était souvent le seul étranger visible.

Cela ne l'a pas empêché de tomber en disgrâce et d'être incarcéré deux fois, sur des fausses accusations d'espionnage.

En 1955, à l'issue de sa première détention d'une durée de six ans, il retrouva ses privilèges dans la nomenklatura du parti, dont il fut chargé de la propagande en langue anglaise.

Son soutien à la cause communiste est demeuré indéfectible, y compris durant le Grand bond en avant (1958-1961), une campagne de collectivisation à outrance qui a provoqué de 20 à 50 millions de morts.

Ou encore pendant la Révolution culturelle (1966-1976), durant laquelle Mao a intensifié le culte autour de sa personne et éliminé toute forme d'opposition.

M. Rittenberg a alors justifié l'embrigadement de la jeunesse au sein d'unités censées réprimer les tendances à l'embourgeoisement, la "rééducation" des intellectuels déportés dans les campagnes et a lui-même rejoint les Gardes rouges, acteurs centraux d'une anarchie qui a fait des centaines de milliers de morts.

De nouveau déchu en 1968, arrêté sur les instructions de l'épouse de Mao, Jiang Qing, l'occidental a alors passé une décennie derrière les barreaux. Sa femme, Wang Yulin, fut elle envoyée dans un camp de travail.

Libéré en 1977, il est rentré en 1979 aux Etats-Unis avec sa famille. M. Rittenberg est alors devenu un intermédiaire recherché par des grosses entreprises américaines désireuses de faire du commerce en Chine. Il a continué à se rendre régulièrement à Pékin et était fréquemment consulté pour son expertise.

Vos commentaires