En ce moment
 
 

Mort de Steve: l'avocate de la famille évoque une "affaire d'Etat"

Mort de Steve: l'avocate de la famille évoque une
L'avocate de la famille de Steve Maia Caniço, Cécile de Oliveira, le 12 mars 2019 à Pont-de-Buis-lès-QuimerchFred TANNEAU

L'avocate de la famille de Steve Maia Caniço s'est déclarée mardi soir "étonnée" de la prise de parole du Premier ministre après la découverte du corps du jeune homme disparu lors de la Fête de la musique à Nantes, ce qui l'amène à évoquer une "affaire d'Etat".

"Je suis tout à fait étonnée que le Premier ministre ait pris la parole aujourd'hui. On annonçait plutôt une prise de parole du ministre de l'Intérieur pour qu'il donne connaissance des conclusions du rapport de l'IGPN (Inspection générale de la police nationale, ndlr). Le Premier ministre lui-même prend la parole, clairement, l'affaire devient une affaire d'Etat", a déclaré à l'AFP Me Cécile de Oliveira.

"Clairement, cette prise en main par l'exécutif d'une affaire qui est confiée à un juge d'instruction me paraît être révélateur d'un moment politique très compliqué sur les interventions policières", a estimé l'avocate.

Ce rapport de l'IGPN n'établit pas "de lien entre l'intervention des forces de police et la disparition" du jeune homme, selon M. Philippe, ce qui, pour la famille de Steve Maia Caniço, est "difficile à entendre", a expliqué Me de Oliveira.

"Je crois que, au-delà d'être un fait divers, une affaire sensible, une affaire d'Etat, pour la famille, c'est le jour de l'annonce de la mort de leur fils (...) je leur souhaite de pouvoir avoir aussi du silence et du recueillement", a-t-elle souhaité quelques heures après l'identification du corps de l'animateur périscolaire de 24 ans, au lendemain de sa découvert dans la Loire.

La disparition du jeune homme a coïncidé avec une intervention policière controversée durant un concert techno en bord de Loire. Plusieurs personnes étaient tombées à l'eau et Steve Maia Caniço, selon ces proches, ne savait pas nager.

"Il n'y a pas, à ce stade, à écarter une quelconque responsabilité de qui que ce soit. Il y a à continuer à enquêter, à instruire dans des conditions sereines et indépendantes et secrètes, comme la justice peut le faire", a-t-elle encore ajouté, alors que le parquet de Nantes a ouvert mardi une information judiciaire "contre X" pour "homicide involontaire".

Vos commentaires