En ce moment
 

Motor City a le coeur brisé mais est fière d'Aretha

Lorsque le décès d'Aretha Franklin a été annoncé par les haut-parleurs de l'usine automobile de Detroit où travaille Maurice Black, l'émotion a été si grande que les chefs d'équipe ont brièvement arrêté la chaîne.

"L'expression sur tous les visages. C'était bouleversant", a déclaré cet ouvrier de 53 ans devant la New Bethel Baptist Church, l'église de Detroit où la petite Aretha a commencé à chanter lorsque son père y était pasteur.

"Les coeurs étaient lourds, les gars essayaient de se ressaisir, alors le chef d'équipe a dit comme ça qu'on pouvait aller aux toilettes", a raconté Maurice Black. "Trop de gens y allaient, alors ils ont fermé officiellement la chaîne" pour un moment.

Ce qui rendait l'émotion encore plus grande, c'est que beaucoup se souvenaient de la visite d'Aretha dans l'usine il y a quelques années, a-t-il dit. "Lorsqu'elle est arrivée ici, tout le monde criait +Aretha! Aretha ! Reine de la soul ! Reine de la soul !".

Les voitures et la "Queen of Soul" vont ensemble à Detroit, la plus grande ville du Michigan, à laquelle ses liens très anciens avec l'industrie automobile ont valu le surnom de "Motor City".

- Pain de maïs -

Maurice Black a grandi dans le quartier proche de l'église, où il savourait la nourriture préparée par Aretha lors des copieux repas qu'elle offrait à la communauté et aux sans-abri pour chaque Thanksgiving et chaque Noël.

"Elle faisait la meilleure soupe de queue de boeuf, avec ce pain de maïs, c'était à mourir", se souvient-il. "Il y avait tellement à manger qu'on ne savait plus quoi en faire."

Dans le quartier, on est fier que la légendaire chanteuse ait dédaigné les prestiges de villes comme Los Angeles ou New York pour continuer à être proche de ses racines.

Ceux qui venaient jeudi lui rendre hommage en bravant la pluie avec des bouquets de fleurs et des ballons célébraient bien sûr sa musique mais aussi sa personnalité simple et sa volonté de donner.

"Je sais qu'elle était riche, mais elle ne laissait jamais voir qu'elle était riche", a déclaré le pasteur Charles Turner, dont le père était un administrateur de l'église.

"Elle vous montrait toujours du respect. Quand vous veniez vers elle, elle vous laissait l'embrasser et elle vous parlait toujours, avec un sourire sur son visage", a-t-il dit.

Lui aussi aimait ses visites, et les dîners qu'elle donnait pour les fidèles de l'église et pour les sans-abri, qui faisaient la queue pour être nourris par Aretha.

- "Bondir de joie" -

"C'était le genre de personne qui parlait toujours à tout le monde", confirme Maurice Black. Il l'a vue à l'église pour la dernière fois l'année passée, elle avait alors commencé à perdre du poids et il a compris qu'elle était malade.

"Elle se fichait de savoir combien d'argent elle avait", rappelle-t-il. "Elle disait +Ecoutez, on donne un concert de gospel ce week-end, je ne sais pas qui va venir, mais je chanterai et je jouerai du piano+".

"Elle vous faisait bondir et pleurer de joie."

Pour Jerome Greear, 52 ans, ingénieur du son, les obsèques d'Aretha devront être "présidentielles" pour être à la hauteur de la reine qu'elle était.

"Les gens l'adoraient". Et, montrant la vieille église du père d'Aretha: "Ce n'est pas assez grand" pour elle. "Ce bâtiment n'est pas assez grand."

Vos commentaires