En ce moment
 

Musk signe un accord avec le gendarme boursier le samedi, le tourne en ridicule le jeudi

(Belga) Quelques jours seulement après avoir trouvé un accord avec le gendarme boursier américain, la SEC, pour éviter des poursuites judiciaires pour "fraude", le patron de Tesla Elon Musk s'est moqué publiquement de l'institution dans un tweet jeudi.

"Juste pour dire que la +Shortseller Enrichment Commission+ (littéralement la Commission d'enrichissement de l'investisseur à court-terme, NDLR) fait un super travail. Et le changement de nom est parfait", a écrit le tumultueux milliardaire sur son compte Twitter, son mode de communication favori. Il s'agit d'une allusion à ces investisseurs qui parient sur l'effondrement d'un titre en Bourse, l'une des bêtes noires récurrentes du milliardaire. De son vrai nom, la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse, avait déposé plainte la semaine dernière contre Elon Musk, estimant qu'il avait trompé les investisseurs en assurant dans un tweet du mois d'août qu'il comptait retirer son entreprise de la Bourse et avait assuré le financement de l'opération. Selon la SEC, il n'en était rien et les investisseurs ont pâti des fluctuations du titre, qui avait au final très fortement reculé, liées à cette annonce surprise de M. Musk, qu'il avait d'ailleurs abandonné quelques jours après. Mais samedi, Elon Musk ont finalement scellé un accord mettant fin aux poursuites, en échange de quoi M. Musk abandonne la présidence du conseil d'administration de l'entreprise qu'il a fondée mais conserve le poste de directeur général. Tesla et son patron doivent en outre payer, chacun, 20 millions de dollars d'amende. Tesla reculait jeudi de 2,4 % dans les échanges électroniques d'après-clôture à 275 dollars. (Belga)

Vos commentaires