En ce moment
 
 

NBA: le Turc Enes Kanter craint pour sa vie et renonce à un déplacement à Londres

NBA: le Turc Enes Kanter craint pour sa vie et renonce à un déplacement à Londres
Le joueur des New York Knicks Enes Kanter lors du match face aux Denver Nuggets le 1er janvier 2019MATTHEW STOCKMAN
sport

Le pivot turc des New York Knicks Enes Kanter ne participera pas au déplacement mi-janvier de son équipe à Londres, car il craint pour sa vie en raison de ses prises de position hostiles au président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Malheureusement, je n'irai pas (à Londres) à cause de ce fou de président turc", a déclaré Kanter vendredi soir à l'issue de la victoire de son équipe face aux Los Angeles Lakers (119-112).

"Il y a des chances que l'on me tue là-bas, c'est pourquoi j'ai dit à mes dirigeants que je n'irai pas" à Londres, a-t-il poursuivi selon des propos rapportés par la chaîne de télévision ESPN.

"Il y a beaucoup d'espions là-bas, je pourrais être tué très facilement, cela pourrait être une situation horrible si j'y allais", a assuré Kanter qui évolue en NBA depuis 2011 et qui a rejoint les Knicks en 2017 après des passages à Utah (2011-15) et Oklahoma City (2015-17).

"Je vais juste rester (à New York) et m'entraîner", a-t-il conclu.

Les Knicks affronteront les Washington Wizards le 17 janvier à Londres dans le cadre de matches organisés à l'étranger par la Ligue nord-américaine de basket (NBA) pour séduire un nouveau public.

Kanter, 26 ans, affiche régulièrement son soutien au prédicateur Fethullah Gülen, bête noire d'Erdogan et accusé par Ankara d'avoir tenté un putsch en 2017 depuis les Etats-Unis où il réside depuis 1999.

En 2017, la Turquie avait annulé le passeport de Kanter et émis un mandat d'arrêt en raison de ses liens avec le prédicateur Gülen.

Son père, Mehmet, avait été détenu pendant cinq jours.

Renié publiquement par sa famille dans les semaines qui ont suivi le putsch manqué, Kanter évite depuis plusieurs années tout contact avec les membres de sa famille en Turquie, de peur de les exposer à des représailles des autorités.

Vos commentaires