En ce moment
 
 

Netflix devient un "nouvel empire" culturel, accuse la PDG de Radio-Canada

Netflix devient un
Image d'illustration du logo du géant américain Netflix, photographié à Paris en avril 2018Lionel BONAVENTURE
Internet

La popularité dans le monde du géant américain de la télévision en ligne Netflix peut faire penser "au début d'un nouvel empire" culturel pouvant menacer la diversité artistique, estime la PDG du groupe public Radio-Canada, dans des propos publiés vendredi.

"Il fut un temps où l'impérialisme culturel était tout à fait accepté", a rappelé Catherine Tait devant l'Association canadienne des producteurs médiatiques, lors d'un discours tenu jeudi et dont des extraits ont été rapportés par le journal The Globe and Mail.

"Je pensais à l'empire britannique et combien, si vous étiez le vice-roi des Indes, vous pouviez penser que vous n'étiez là que pour le bien de la population d'Inde. Ou de la même manière, si vous étiez (un colon, NDLR) en Afrique française, vous vous disiez: +Je les éduque, j'exporte leurs ressources dans le monde et je les aide", a fait valoir la dirigeante du conglomérat francophone et anglophone CBC/Radio-Canada.

Aux côtés d'un cadre de Netflix Canada, Mme Tait a appelé les producteurs et les dirigeants de chaîne de télévision présents à se remémorer "ce qui se passe après la chute des empires coloniaux, et les dommages créés dans les communautés locales".

Pour la présidente directrice-générale de CBC/Radio-Canada, l'hégémonie de Netflix, avec près 140 millions d'abonnés dans le monde, dont six millions au Canada selon diverses estimations, ressemble au "début d'un nouvel empire" culturel.

Certes, a-t-elle concédé, la montée en puissance du géant américain a contribué à faire de l'époque actuelle "probablement l'époque la plus passionnante pour le divertissement à l'écran (...) et nous en sommes très reconnaissants à Netflix".

Reste qu'avec les dangers d'uniformisation, Mme Tait a appelé son auditoire à "réfléchir à comment les Canadiens peuvent répondre aux multinationales qui s'installent dans notre pays" pour préserver la culture locale.

Le Canada est doté de politiques publiques censées défendre l'exception culturelle de ce pays bilingue, mais aucune fiscalité fédérale n'est prévue pour les géants du web tels que Netflix ou Amazon Prime.

Face à l'inaction du gouvernement fédéral de Justin Trudeau, la province du Québec a commencé cette année à prélever une taxe sur certains grands groupes d'internet, tels que les services de streaming Netflix ou de location de logements AirBnb.

Vos commentaires