En ce moment
 

Nicaragua: le président Ortega accepte les conditions des évêques

(Belga) Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, a accepté vendredi les deux conditions "préalables" à tout dialogue, posées par Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN), après les récentes manifestations anti-gouvernementales qui ont fait 49 morts.

Les évêques, qui jouent le rôle de médiateurs dans le pays, avaient posé un peu plus tôt deux conditions pour établir le dialogue: la fin de la répression des manifestations, et que la Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH) soit autorisée à enquêter sur les circonstances de la mort de 49 personnes, depuis le début de la vague de contestation sociale. "Nous acceptons de travailler sur chacun des points soulevés (par les évêques) en tenant compte du fait que chacun fait preuve de bonne volonté, les médiateurs comme les témoins", a répondu M. Ortega dans une lettre adressée à la CEN. M. Ortega a ajouté qu'au sein du gouvernement "nous sommes tous prêts à cet appel au dialogue, aussitôt que possible, pour la paix de l'esprit de tous les Nicaraguayens". Quelques 700 personnes ont été blessés et d'autres portées disparues lors des manifestations contre le gouvernement qui ont débuté mi-avril. Le président Daniel Ortega, 72 ans, au pouvoir de 1979 à 1990 puis depuis 2007, a appelé à un grand dialogue national et souhaité que l'Eglise catholique joue le rôle d'intermédiaire. Les étudiants, à l'origine de cette vague de contestation, et les représentants de la société civile ont annoncé vendredi être à prêts à dialoguer, en dépit de la répression brutale des dernières heures. (Belga)

Vos commentaires