En ce moment
 

Nicaragua: une organisation pour les droits de l'Homme ferme ses bureaux

Nicaragua: une organisation pour les droits de l'Homme ferme ses bureaux
Alvaro Leida, secrétaire de l'Association nicaraguayenne pour les droits de l'Homme (ANPDH), lors d'une conférence de presse, le 3 juillet 2018 à ManaguaMARVIN RECINOS

L'Association nicaraguayenne pour les droits de l'Homme (ANPDH), en pointe dans la défense des manifestants antigouvernementaux, a annoncé dimanche la fermeture de ses bureaux à la suite de menaces émanant de groupes paramilitaires.

L'ANPDH "a reçu des informations alarmantes sur le retour de pratiques illégales de persécution judiciaire et de criminalisation sans fondement légal" qui menacent ses militants, a affirmé l'association dans un communiqué.

L'organisation dirigée par Alvaro Leida et dont le bureau central se trouve à Managua a affirmé également être en permanence "assiégée par des groupes armés non autorisés et recevoir des appels téléphoniques menaçants".

Face à cette situation, l'ANPDH a décidé de fermer ses bureaux à titre préventif "afin de garantir l'intégrité physique et la sécurité de (ses) membres". Elle a précisé toutefois qu'elle continuerait "d'assister les victimes" de la répression à travers internet.

L'ANPDH a reçu en juillet le prix franco-allemand des droits de l'Homme en reconnaissance de son travail.

L'organisation a dénoncé une "crise profonde" de violation des droits de l'Homme au Nicaragua, établissant un bilan de 448 morts dans la répression du mouvement de révolte contre le président Daniel Ortega qui secoue le pays depuis la mi-avril.

Vos commentaires