En ce moment
 
 

Attaque de Nice: la conférence de presse dans son intégralité (vidéo)

 
Nice
 

Le procureur de la République de Paris, François Molins, a fait le point sur l'attentat qui a fait au moins 84 morts jeudi soir sur la Promenade des Anglais, à Nice.

"Le bilan est de 84 morts, dont 10 enfants et adolescents 202 personnes ont été blessées, dont 52 se trouvent en état d’urgence absolue, et parmi elles, 25 sont toujours en réanimation", a déclaré François Molins, procureur de la République de Paris, lors d’une conférence de presse tenue à 17h ce vendredi. "Ce bilan est provisoire et peut être modifié à la hausse en fonction des gens impliqués dans cet attentat qui pourraient être amenés à se présenter dans les heures et les jours qui viennent, devant les services de police et les services de santé", a-t-il précisé. "Le terroriste qui conduisait le camion, vous le savez, a été abattu, pour l’empêcher de poursuivre son action criminelle".


L'ex-épouse du tueur en garde à vue

Le tueur est identifié comme étant Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, né le 3 janvier 1985 en Tunisie et domicilié à Nice. Une carte de conducteur et une carte bancaire à son nom ont été trouvées dans le camion. "Les relevés et comparaisons des empreintes papillaires ont permis de confirmer l’identité du terroriste. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était chauffeur livreur, de nationalité tunisienne. Il était marié et père de famille. Son ex-épouse a été placée en garde à vue ce matin à 11h, garde à vue toujours en cours"


Inconnu des services de renseignement

L’homme était connu des services de police et de justice pour des faits de menaces, violences, vol et dégradation commis entre 2010 et 2016. "Il avait été condamné le 24 mars 2016 par le tribunal correctionnel de Nice à une peine de six mois d’emprisonnement avec sursis pour des faits de violence volontaire avec armes commis en janvier 2016. Il est en revanche totalement inconnu des services de renseignement et ce, tant au niveau national qu’au niveau local, et n’avait jamais fait l’objet de la moindre fiche et du moindre signalement de radicalisation".


Pas revendiqué, mais cela "correspond aux appels aux meurtres de groupes jihadistes"

L'attentat de Nice qui a fait au moins 84 morts jeudi soir n'a pas été revendiqué mais "correspond" aux "appels aux meurtres" des groupes jihadistes, a aussi précisé le procureur de la République de Paris. "Ce type d'action correspond très exactement aux appels permanents aux meurtres des ces organisations terroristes, tels qu'elles le prescrivent notamment dans leurs revues ou vidéos", a précisé le procureur devant la presse à Nice, ajoutant que l'enquête s'attacherait à déterminer "les éventuels liens" du tueur avec des groupes "terroristes islamistes".


L'enquête judiciaire

"S’agissant de l’enquête judiciaire, en étroite collaboration avec le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, qui a dirigé les premiers actes d’investigation, mon parquet s’est saisi peu après une heure du matin en activant immédiatement la cellule de crise de la section antiterroriste du parquet de Paris. Quatre magistrats de mon parquet se sont immédiatement rendus à Nice dès cette nuit, et dirigent donc l’enquête et les opérations de police judiciaire. L’enquête qui a été confiée à la DGSI et la direction centrale de la police judiciaire a été ouverte des chefs d’assassinats et tentative d’assassinat en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste, tentative d’assassinat sur une personne dépositaire de l’autorité publique en bande organisée, en relation avec une entreprise terroriste et enfin d’association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d’attaque aux personnes, donc association de malfaiteurs terroristes criminels", a encore déclaré le procureur. 

 




 

Vos commentaires