En ce moment
 

Nobel de la paix - Le prix à Nadia Murad un "honneur pour les Irakiens", dit le président d'Irak

(Belga) Le président irakien Barham Saleh a félicité vendredi la militante yazidie Nadia Murad qui a reçu le prix Nobel de la paix, qualifiant cette récompense d'"honneur pour tous les Irakiens ayant combattu le terrorisme".

Nouvellement élu, M. Saleh, un Kurde, a appelé au téléphone la jeune femme de 25 ans, ancienne esclave sexuelle du groupe djihadiste Etat islamique (EI) pour la féliciter. C'est la première fois qu'un ressortissant irakien reçoit un prix Nobel. Nadia Murad, qui vit actuellement en Allemagne, a reçu le Nobel de la paix avec le médecin congolais Denis Mukwege. Ce prix est une "reconnaissance de la situation désespérée" des Yazidis, l'une des minorités les plus vulnérables d'Irak, et un "honneur pour tous les Irakiens ayant combattu le terrorisme et l'intolérance religieuse", a écrit M. Saleh sur Twitter. Comme des milliers de filles et femmes de sa communauté, Mme Murad a été réduite en esclavage sexuel par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) en 2014 -lorsqu'ils se sont emparés d'une grande partie de l'Irak-, avant de parvenir à s'évader. "Aujourd'hui est un jour spécial pour les Yazidis et d'autres minorités victimes de génocides et d'atrocités de masse commis par l'EI", a affirmé sur Twitter Yazda, une association caritative irakienne soutenant les Yazidis victimes de la persécution de l'EI. "Nous espérons que cette reconnaissance permettra aux efforts de Nadia et des Yazidis d'apporter justice, paix et coexistence", a ajouté l'ONG. Les Yazidis, une minorité kurdophone, adeptes d'une religion ésotérique ancestrale, croient au Dieu unique et au "chef des anges", représenté par un paon. Ambassadrice de l'ONU pour la dignité des victimes du trafic d'êtres humains depuis 2016, Nadia Murad, dont six frères et la mère ont été tués par l'EI, milite désormais pour que les persécutions commises contre les Yazidis soient considérées comme un génocide. (Belga)

Vos commentaires