En ce moment
 
 

L'incendie à Notre-Dame est "éteint", les dons affluent pour sa recontruction

Après une nuit entière à lutter contre les flammes, les pompiers sont parvenus à maitriser mardi l'incendie apparemment accidentel qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, soulevant une vague d'émotion et provoquant un afflux de dons pour financer une reconstruction qui s'annonce titanesque.

Aux premières lueurs du jour, les portes ouvertes de Notre-Dame dévoilaient une scène de désolation : en s'effondrant, le toit, la charpente et la flèche ont jonché l'intérieur de la cathédrale de monceaux de débris calcinés. Les deux tours et la grande rosace en vitraux de la façade sud ont en revanche été épargnées par ce spectaculaire incendie qui s'est déclaré vers 19H00 lundi et a mobilisé 400 pompiers pendant une quinzaine d'heures.

"L'ensemble du feu est éteint. La phase est désormais à l'expertise", a annoncé Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris. Le feu pourrait être lié aux travaux de rénovation qui étaient en cours sur une partie de l'édifice.

Des experts et des architectes du bâtiment de France doivent à présent "déterminer si la structure est stable", a indiqué le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez, alors que le drame n'a fait qu'un blessé léger, un sapeur-pompier.

En pleine nuit, le vicaire général du diocèse de Paris Philippe Marsset qui a pu entrer à l'intérieur de l'édifice, a évoqué une scène de "bombardement", "une vision incroyable", "les vitraux explosés" et la flèche qui, "en tombant a fait un trou au-dessus du choeur".

"C'est pas Notre-Dame des catholiques, c'est Notre-Dame de France, c'est Notre-Dame du monde: l'église brûle et le monde entier se met à pleurer", a-t-il commenté.

Plusieurs oeuvres d'art abritées par la cathédrale ont pu être sauvées des flammes mais certaines n'ont pu être déplacées et restaient étroitement surveillées par les pompiers.

Les responsables étrangers continuaient mardi de faire part de leur émotion, le président russe Vladimir Poutine évoquant "un trésor inestimable de la culture européenne". Son homologue américain Donald Trump avait dès la veille au soir évoqué des "images terribles à voir". Le pape François s'est dit "proche de la France" et "prie pour les catholiques de France et pour la population parisienne".

Les pompiers se sont activés toute la nuit autour de l'édifice, allant jusqu'à pomper de l'eau de la Seine, à quelques dizaines de mètres de là, sur de petites embarcations grâce à de très longs tuyaux.

- Sauver les oeuvres -

Lundi soir, le président Emmanuel Macron, qui a repoussé son allocution télévision post-grand débat, a promis de "rebâtir" cette cathédrale - vieille de près de 800 ans et monument historique le plus visité en Europe - en lançant une grande souscription nationale.

Une réunion de ministres, dirigée par Edouard Philippe, était prévue à partir de 11H00 à Matignon afin de préparer ce "plan de reconstruction". Certains partis, LREM et le RN, ont annoncé la suspension de leur campagne pour les européennes.

"Cette Dame, elle était là depuis 840 ans. Comment va-t-on faire pour la reconstruire? Ceux qui l'ont bâtie ne sont plus là, connait-on tous les détails, les secrets ?", s'interrogeait Christelle, une étudiante congolaise de 27 ans, croisée à Paris.

Face à ce chantier qui s'annonce colossal, les contributions commençaient déjà à affluer.

La mairie de Paris a débloqué 50 millions d'euros et a déjà accueilli plusieurs oeuvres qui ont pu être sauvées des flammes. Anne Hidalgo a l'intention d'organiser "une grande conférence internationale des donateurs", avec "des mécènes du monde entier afin de lever les fonds nécessaires à la restauration".

Dans la nuit, la famille Pinault a promis 100 millions d'euros, tandis que le groupe LVMH et la famille Arnault donnaient 200 millions de leur côté au fonds dédié à la reconstruction de Notre-Dame.

La présidente de la région Ile-de-France a alloué 10 millions d'euros d'"aide d'urgence pour aider l'archevêché à faire les premiers travaux".

Pour déterminer les causes du sinistre, le parquet de Paris a ouvert dans la soirée une enquête pour "destruction involontaire par incendie".

La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier de rénovation en cours sur le toit "retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations", a précisé une source proche du dossier. Les ouvriers du chantier ont été entendus dans la nuit par les enquêteurs, selon le parquet de Paris.

Une responsable de l'extrême droite allemande a toutefois incriminé mardi les violences faites aux chrétiens après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame.

Autour de l'île de la Cité en plein cœur de la capitale, de nombreux Parisiens sont venus pendant la nuit pour chanter et prier.

"Ce qui est bouleversant c'est d'imaginer que le cœur de la France bat ici et brûle", raconte Etienne Vermersch, 28 ans, qui a prié une grande partie de la nuit.

En 2017, 12 millions de touristes ont visité ce bijou de l'architecture gothique, qui faisait l'objet d'importants travaux depuis plusieurs mois.

Malgré les visites, cinq offices religieux étaient célébrés quotidiennement dans la cathédrale, sept les dimanches.

Le bâtiment est mondialement connu pour son architecture mais aussi grâce au chef-d'œuvre de Victor Hugo, "Notre-Dame de Paris", roman maintes fois adapté au cinéma, notamment par les studios Disney, ou en comédie musicale. Lez livre est mardi en tête des ventes sur Amazon.

Cet incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne.

Vos commentaires