En ce moment
 
 

Obama: le respect des autres n'est pas "un signe de faiblesse"

Obama: le respect des autres n'est pas
L'ancien président Barack Obama le 25 octobre 2019 aux funérailles du parlementaire Elijah Cummings à Baltimore CHIP SOMODEVILLA

L'ancien président Barack Obama a fait vendredi l'éloge de l'intégrité dans l'exercice du pourvoir, à l'occasion des funérailles à Baltimore d'Elijah Cummings, élu afro-américain et figure du Congrès.

"Il n'y aucune faiblesse dans le fait d'être respectable", a lancé M. Obama, dans une allusion à peine voilée à son successeur Donald Trump qu'il n'a cependant jamais cité nommément.

"Vous n'êtes pas un nul parce que vous faites preuve d'intégrité et que vous traitez les autres avec respect", a-t-il ajouté.

Le 44e président des Etats-Unis a loué l'infatigable "engagement pour la justice" d'Elijah Cummings, décédé le 17 octobre à l'âge de 68 ans, qui présidait la puissante commission de supervision de l'exécutif, et occupait à ce titre un rôle central dans l'enquête visant Donald Trump.

"Vous ne pouvez être un dirigeant politique dans un pays libre si vous détestez tous ceux avec lesquels vous n'êtes pas d'accord", avait lancé peu avant Bill Clinton, autre ancien président venu rendre hommage à l'élu de Baltimore.

La circonscription de M. Cummings couvrait une large partie de Baltimore, ville industrielle majoritairement noire, minée par les problèmes sociaux, la drogue et la violence.

En juillet, Donald Trump avait décrit la ville de Baltimore comme "un bazar infesté de rats et de rongeurs", mettant en cause Elijah Cummings.

Sans répondre directement au président, l'élu démocrate avait déclaré que les responsables devraient s'abstenir de "commentaires haineux et incendiaires" divisant la nation.

Vos commentaires