En ce moment
 
 

Offensive turque en Syrie - Pompeo est venu expliquer à l'Otan "ce que les Etats-Unis ont obtenu"

Offensive turque en Syrie - Pompeo est venu expliquer à l'Otan

(Belga) Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a informé Le Conseil de l'Atlantique nord à Bruxelles "de ce que les Etats-Unis ont obtenu" en rapport avec l'offensive turque en Syrie. C'est ce qu'il a déclaré aux côté du secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg vendredi soir. Les Etats-Unis et la Turquie se sont accordés jeudi sur un cessez-le-feu temporaire dans le nord de la Syrie.

Pompeo s'est rendu à Ankara en fin de semaine avec le vice-président américain Mike Pence afin de rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan. Ils se sont mis d'accord sur un cessez-le-feu de 120 heures dans le nord de la Syrie, après que la Turquie a décidé de mener une offensive dans la région. Mike Pompeo a ensuite fait le détour par Bruxelles pour informer l'Otan: "Nos alliés sont importants pour la sécurité des Etats-Unis", a-t-il souligné. Il a également évoqué la nécessité de parvenir à une solution politique en Syrie. Les Etats-Unis travaillaient depuis plusieurs mois à une zone de sécurité dans le nord-est de la Syrie, lorsque la Turquie a téléphoné au président américain Donald Trump, a encore expliqué Pompeo. Trump aurait alors immédiatement signifié à son homologue turc qu'une offensive dans la région était inacceptable. "La Turquie a des préoccupations légitimes en matière de sécurité le long de la frontière, mais ce n'était pas la bonne façon de procéder", a déclaré le secrétaire d'Etat. Jens Stoltenberg s'est quant à lui félicité du fait que la Turquie et les Etats-Unis, deux membres de l'Otan, se soient mis d'accord sur une "voie à suivre": "Nous savons tous que la situation dans le nord-est de la Syrie est fragile et difficile, mais cette déclaration peut contribuer à désamorcer la situation et améliorer la situation sur le terrain." Pompeo a encore déclaré qu'il espérait voir les pays ramener les djihadistes partis en Syrie au sein de leur différents systèmes judiciaires. Plusieurs États seraient disposés à le faire, selon lui. (Belga)

Vos commentaires