En ce moment
 

Omar el-Béchir - Washington exhorte l'armée soudanaise à intégrer les civils au gouvernement

(Belga) Les Etats-Unis ont exhorté l'armée soudanaise, qui a renversé jeudi le président Omar el-Béchir après trente ans au pouvoir, à intégrer les civils au gouvernement.

"Les Etats-Unis continuent d'appeler les autorités de transition à la retenue et à faire de la place pour une participation de civils au sein du gouvernement", a déclaré Robert Palladino, porte-parole de la diplomatie américaine, devant la presse. "Le peuple soudanais doit choisir ses dirigeants", or "le peuple soudanais a dit clairement qu'il voulait une transition dirigée par des civils", et cela doit se faire "plus rapidement que dans deux ans", a-t-il ajouté. Il n'a pas voulu dire si une transition militaire moins longue serait acceptable aux yeux de Washington. Omar el-Béchir a été renversé par un coup d'Etat de l'armée dans le sillage d'un soulèvement populaire, et a été remplacé par un "conseil militaire de transition" censé diriger le Soudan pendant deux ans. Cette transition militaire a été aussitôt rejetée par les meneurs du mouvement de contestation. Le département d'Etat américain a estimé que la chute du président était "un moment historique pour les Soudanais" mais il n'a pas souhaité dire s'il considérait cela comme un coup d'Etat. "Les Etats-Unis soutiennent fermement un Soudan pacifique et démocratique", a dit Robert Palladino. Omar el-Béchir, placé en détention par les nouvelles autorités militaires, est recherché par la Cour pénale internationale pour "crimes de guerre", "crimes contre l'humanité" et "génocide" au Darfour, région de l'ouest du Soudan où un conflit a fait plus de 300.000 morts depuis 2003. Il fait l'objet de sanctions américaines pour son rôle au Darfour, tout comme le ministre de la Défense Awad Ahmed Benawf qui a été nommé à la tête du Conseil militaire de transition. "Les Etats-Unis continuent de demander que les personnes responsables des crimes horribles commis au Darfour répondent de leurs actes", a assuré le porte-parole de la diplomatie américaine, sans préciser comment. Il a également annoncé la suspension des prochaines réunions dans le cadre du dialogue avec Khartoum pour retirer le Soudan de la liste noire américaine des "Etats soutenant le terrorisme". (Belga)

Vos commentaires