En ce moment
 

On connaît la première candidate démocrate qui tentera de détrôner Trump

On connaît la première candidate démocrate qui tentera de détrôner Trump

La sénatrice Elizabeth Warren, une critique féroce du président Donald Trump, a fait le premier pas lundi en direction d'une candidature à l'élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis, devenant la première personnalité démocrate d'envergure à officialiser ses ambitions.

La progressiste de 69 ans, élue dans le Massachusetts depuis 2013, a annoncé sur Twitter le lancement d'un "comité de soutien", destiné à rassembler des fonds en vue d'une éventuelle candidature.


Surnommée "Pocahontas" par Trump


Dans une vidéo postée sur sa page Twitter, elle assure vouloir "reconstruire la classe moyenne américaine", affaiblie selon elle par "les milliardaires et les grandes entreprises" qui ont "enrôlé des hommes politiques pour obtenir une plus grosse part" du gâteau.

La sénatrice, régulièrement engagée dans des joutes sur Twitter avec le président, revendique un ancêtre amérindien, ce qui lui a valu d'être surnommée "Pocahontas" par Donald Trump.


Ça commence à chauffer côté démocrate

Depuis des mois, certains poids lourds démocrates soignent leur image, préparant le terrain pour une éventuelle candidature aux primaires du parti. Certains ont reconnu "envisager" cette hypothèse, mais aucun n'était encore entré officiellement en lice.

Un sondage publié en novembre sur ces démocrates plaçait Elizabeth Warren loin derrière d'autres prétendants possibles, avec 5% des sondés seulement lui donnant la préférence contre 26% pour l'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, et 19% pour l'ancien candidat à la primaire de 2016, Bernie Sanders.

Elizabeth Warren avait déjà commencé à se positionner ces derniers temps, à coups notamment de conférences sur les affaires internationales et de passes d'armes sur Twitter avec Donald Trump. Un signe n'avait d'ailleurs pas trompé: après avoir soigneusement évité pendant cinq ans les journalistes dans les couloirs du Sénat, elle s'est soudainement mise à communiquer chaleureusement à la rentrée.

Vos commentaires