En ce moment
 
 

On n'embrasse pas la mariée: un mariage défie le virus en Indonésie

Malgré la fermeture des frontières, le confinement et la distanciation physique imposés de part le monde, un couple binational a réussi à se marier mercredi en Indonésie au cours d'une cérémonie sans baisers et sous haute surveillance sanitaire.

Irra Chorina Octora, une Indonésienne de 29 ans, et son fiancé turc de 32 ans Yavuz Ozdemir, se sont dit "oui" dans la mosquée Al Akbar de Surabaya, la deuxième ville du pays, sous le regard de quelques amis et parents assis à une distance de deux mètres l'un de l'autre.

Le couple qui portait des masques chirurgicaux a gardé ses distances pendant la cérémonie pour respecter les règles strictes imposées par les autorités qui ont interdit tout rassemblement important, y compris les mariages.

Ils ont bénéficié d'une exception pour avoir enregistré leur date de mariage bien avant le déclenchement de la pandémie, mais ont dû modifier leurs projets.

Pas de grand mariage, comme de coutume en Indonésie, mais 25 personnes seulement ont été autorisées à entrer après contrôle de leur température corporelle à l'entrée et usage généralisé de gel hydroalcoolique.

Le mariage des deux jeunes gens, qui se sont rencontrés sur les réseaux sociaux, a duré en tout et pour tout 30 minutes.

C'est seulement quand Yavuz Ozdemir a oté son masque pour prendre une bouchée du gâteau de mariage offert par sa femme, que les deux époux sont entrés en contact.

La réception prévue initialement le 29 mars avec l'échange de voeux a été annulée et un compromis a été négocié avec la mosquée pour permettre au couple de se marier en petit comité avec un peu d'avance.

"Tout le monde doit passer par un sas désinfectant après avoir été contrôlé par un thermomètre électronique", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la mosquée, Helmy M. Noor.

Mais la jeune mariée, Irra Chorina Octora, s'est dite quand même heureuse et soulagée: "Si on avait gardé la date du 29 mars, on s'inquiétait de ne pas pouvoir échanger nos voeux du tout et de ne pas pouvoir se marier".

Vos commentaires