En ce moment
 
 

Open d'Australie: Herbert premier Français au 3e tour

Open d'Australie: Herbert premier Français au 3e tour
Le Français Pierre-Hugues Herbert salue les supporters après sa victoire face au Sud-Coréen Hyeon Chung au 2e tour de l'Open d'Australie, le 17 janvier 2019 à MelbournePaul Crock

Pierre-Hugues Herbert (55e mondial) est le premier Français à s'être qualifié pour le troisième tour de l'Open d'Australie en dominant le Sud-Coréen Hyeon Chung (25e) en quatre sets (6-2, 1-6, 6-2, 6-4), jeudi à Melbourne.

Herbert (27 ans) défiera le Canadien Milos Raonic (17e) pour essayer d'atteindre son premier huitième de finale en Grand Chelem.

Raonic est lui venu à bout quelques minutes plus tôt du Suisse Stan Wawrinka, ex-N.3 mondial aujourd'hui 59e, en quatre jeux décisifs 6-7 (4/7), 7-6 (8/6), 7-6 (13/11), 7-6 (7/5) après plus de quatre heures de match.

En piste sur deux des principaux courts du Melbourne Park en même temps, Herbert et Raonic ont vu leur match interrompu une trentaine de minutes par la pluie, le temps d'en fermer les toits.

"Je suis fier de mon niveau de jeu aujourd'hui", s'est félicité l'Alsacien, qui s'est bien repris après la perte du deuxième set. "Je me sentais tellement bien sans le toit", a-t-il expliqué.

Le Canadien, lui, y a trouvé son compte. "Je suis un peu meilleur en indoor normalement. Donc merci à la pluie !", a-t-il plaisanté, lui qui a frappé 39 aces jeudi.

Quatre autres joueurs tricolores vont tenter d'imiter Herbert: Lucas Pouille (31e), Gilles Simon (30e), Jérémy Chardy (36e), qui se mesure au N.4 mondial Alexander Zverev, et Jo-Wilfried Tsonga, qui défie lui le N.1 mondial Novak Djokovic. Gaël Monfils (33e) a lui été stoppé au deuxième tour mercredi.

Chung (22 ans) était devenu il y a un an le premier joueur de son pays à atteindre le dernier carré en Grand Chelem.

Wawrinka, triple lauréat en Grand Chelem (Open d'Australie 2014, Roland-Garros 2015 et US Open 2016), tente lui de retrouver son meilleur niveau après une double opération du genou gauche à l'été 2017.

Vos commentaires