En ce moment
 

Les orages continuent avant l'accalmie espérée à partir de mercredi

Les orages continuent avant l'accalmie espérée à partir de mercredi
Débordement de la rivière "La Queugne" le 8 juin 2018, dans le CherGUILLAUME SOUVANT

Météo-France promet "la fin des hostilités" à partir de mercredi mais d'ici là, la France continuait lundi à vivre au rythme des orages et des inondations avec plus du tiers des départements français en alerte.

A 16H00, 38 départements étaient en vigilance orange pour des risques d'orage, de pluie ou d'inondation. Météo-France a ajouté les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées et retiré le Cher et l'Indre.

Ces alertes concernent quasi-exclusivement la moitié nord du pays, à l'exception de cinq départements dans le Sud-Ouest: les Landes, les Pyrénées-Atlantique et les Hautes-Pyrénées à cause de la pluie et des inondations, le Gers et le Tarn-et-Garonne à cause des risques d'inondation.

Les autres départements sous surveillance orange "orages" sont l'Aisne, les Ardennes, l'Aube, l'Eure, l'Eure-et-Loir, Ille-et-Vilaine, l'Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher, la Loire-Atlantique, le Loiret, le Maine-et-Loire, la Marne, la Haute-Marne, la Mayenne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, l'Oise, l'Orne, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Sarthe, Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, la Seine-Maritime, la Seine-et-Marne, les Yvelines, la Vendée, les Vosges, l'Essonne et le Val-d'Oise.

- Plus calme mercredi -

L'alerte court jusqu'à mercredi 07H00. Météo-France avait annoncé "une journée encore très électrique et très pluvieuse". Entre la Loire-Atlantique et le Bassin Parisien, il s'agissait de "pluies assez stationnaires avec cumul des pluies très importants sur des sols saturés", entre 50 à 80 millimètres attendus localement, selon le prévisionniste Emmanuel Demaël.

"53 millimètres ont été relevés à Nantes dont 33 millimètres en une heure", indique Météo-France dans son dernier bulletin. L'institut souligne les risques importants d'inondation, alors que les précipitations vont tomber sur des sols déjà gorgés d'eau.

Deux affluents de la Garonne, la Gimone et l'Arrats, sont placés en vigilance orange "crue" à certains endroits. Idem pour la Risle en Normandie et la Vilaine en Bretagne.

Dans un deuxième temps, au cours de l'après-midi, "entre l'ouest de l'Ile de France et l'Est", Météo-France a annoncé "une activité orageuse plus marquée avec bourrasques de vent et chutes de grêle localement".

"A partir de mercredi, c'est un peu la fin des hostilités", hormis pour le sud-est, promet toutefois le prévisionniste.

Dans le Gers, les pompiers sont intervenus depuis dimanche soir une soixantaine de fois dans des maisons, garages ou caves submergées par l'eau, sept personnes ont dû être relogées et une dizaine mises en sécurité. Vers l’Isle-Jourdain, plusieurs routes étaient encore coupées lundi matin. L’eau y est parfois montée jusqu’à un mètre, a témoigné un pompier.

En Ariège, la foudre est tombée dimanche non loin du camp militaire de Pamiers et un planton, âgé de 25 ans, a été légèrement choqué. A Cahors, l'eau du robinet a été déclarée impropre à la consommation.

- Automobilistes prisonniers -

En Indre-et-Loire, un bus scolaires transportant 38 enfants de CM1 et CM2 est tombé dans un fossé à Berthenay, sans doute à cause de fortes pluies, faisant deux blessés légers. La gare de Saint-Pierre-des-Corps a été inondée quelques heures.

En Nouvelle-Aquitaine, la Dordogne a été le département le plus touché. Les pompiers ont dû se porter à la rescousse d'au moins une demi-douzaine de personnes, des automobilistes qui se sont engagés sur des routes inondées et se sont retrouvés prisonniers des eaux.

A Chancelade, l'abbaye romane datant du Xe et dont l'église est classée monument historique, a été ravagée par les inondations et avec jusqu’à un mètre d’eau.

La France a subi depuis mai plusieurs épisodes orageux très violents. La vague d'intempéries a fait la semaine dernière quatre morts au total et a provoqué des inondations et d'importants dégâts.

Rien que le mois dernier, le sol de l'Hexagone a été frappé par plus de 180.000 impacts de foudre, contre 60.000 en moyenne. Le précédent record remontait à mai 2009, qui fut alors secoué par 84.000 impacts.

Vos commentaires