En ce moment
 

Oussama Atar "le chimiste", cerveau des attentats de Paris et de Bruxelles, serait décédé en zone de combat: mais où est son corps?

Les services de renseignement français considèrent que le Belgo-Marocain Oussama Atar, un des principaux cerveaux des attentats de Paris et de Bruxelles, est décédé il y a quelques semaines en zone irako-syrienne, rapporte BFMTV jeudi. Le corps du djihadiste n'a pas été retrouvé, mais des informations concordantes ont donné la conviction aux services secrets que le "chimiste" est décédé récemment en zone de combat.

La prudence reste cependant de mise car ce ne serait pas la première fois qu'un terroriste est déclaré mort pour mieux réapparaître !
D'ailleurs, du côté des autorités belges, on ne fait encore aucun commentaire ce matin.


Casse-tête des renseignements

Oussama Atar, alias Abou Ahmad, c'est LE casse-tête des services de renseignements depuis de nombreuses années. On avait découvert son existence en 2005 quand il a été condamné pour terrorisme en Irak avant de se faire passer pour un repenti, de bénéficier d'une libération anticipée, avec l'appui de la Belgique. Il revient chez nous mais pas longtemps puisqu'il part rejoindre les rangs de Daech en Syrie. Là, tous les services de renseignements ont perdu sa trace. Son nom a refait surface en 2015 2016.

Il est soupçonné d'avoir eu un rôle clé dans l'organisation des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui ont fait 130 morts. Les enquêteurs le suspectent d'avoir recruté quatre membres des commandos qui ont semé la mort ce soir là dans la Ville-lumière et de les avoir téléguidés depuis la Syrie. Cousin des frères El Bakraoui, il aurait également tenu un rôle de premier ordre dans l'organisation des attentats de Bruxelles le 22 mars 2016, notamment en confectionnant les explosifs qui ont coûté la vie à 32 personnes.

Vos commentaires