En ce moment
 
 

Pakistan: un condamné à mort pour blasphème acquitté après 18 ans de prison

Pakistan: un condamné à mort pour blasphème acquitté après 18 ans de prison
Une quarantaine de personnes condamnées pour blasphème se trouvent actuellement dans le couloir de la mort au PakistanFAROOQ NAEEM

Un homme condamné à mort en 2002 pour blasphème et qui a passé plus de 18 ans en prison a été acquitté mercredi par la Cour suprême du Pakistan, a annoncé jeudi son avocat à l'AFP.

Wajih-ul-Hassan, de confession musulmane, devrait être libéré dans les prochains jours, a déclaré Me Nadeem Anthony, son défenseur.

Après le rendu de la décision par la plus haute juridiction pakistanaise, "tout le monde pleurait de bonheur. C'est un si long voyage", a-t-il raconté, se refusant toutefois à toute critique du système judiciaire pakistanais.

Peu avant l'acquittement, des "messages de menaces" sont parvenus via la messagerie WhatsApp à la famille de son client, qui est "inquiète", a indiqué Me Anthony.

Le blasphème est une question brûlante au Pakistan, où même des allégations non prouvées d'insulte à l'islam peuvent entraîner assassinats et lynchages.

Une quarantaine de personnes condamnées pour blasphème se trouvent actuellement dans le couloir de la mort au Pakistan, selon une estimation de la Commission internationale pour la liberté religieuse des Etats-Unis datant de 2018.

"Les lois pakistanaises sur le blasphème sont trop larges, vagues et coercitives. Elles ont été utilisés pour cibler les minorités religieuses (et) poursuivre des vendettas personnelles", rappelait mercredi Amnesty international dans un communiqué.

L'ONG dénonçait également "une parodie" de justice après qu'un professeur d'université, Junaid Hafeez, accusé de blasphème, a passé plus de cinq ans à l'isolement cellulaire. L'instruction de son procès a en outre subi de "sérieux retards", huit juges s'étant succédé dans cette affaire sans trancher sur son sort, selon Amnesty.

En mai 2014, trois hommes armés avaient assassiné l'avocat de M. Hafeez, que les avocats de la partie civile avaient menacé de mort durant une audience.

L'acquittement fin octobre dernier de la chrétienne Asia Bibi, une mère de famille qui avait passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort pour blasphème, ce qu'elle a toujours nié, avait provoqué des manifestations violentes dans tout le Pakistan.

Asia Bibi vit désormais au Canada avec sa famille.

La plupart des affaires de blasphème concernent des musulmans au Pakistan, selon des experts du dossier.

Vos commentaires