Pakistan: une université renomme la Saint-Valentin "le jour des soeurs"

Pakistan: une université renomme la Saint-Valentin
Une Pakistanaise marche dans la rue en tenant un ballon en forme de coeur à l'occasion de la Saint-Valentin, à Karachi le 14 février 2018ASIF HASSAN
education

Une université pakistanaise a décidé de renommer la Saint-Valentin "le jour des soeurs" et de distribuer à cette occasion des foulards et des châles aux étudiantes, prenant le contrepied d'une "culture occidentale" perçue comme importée.

Le changement vise à promouvoir "la culture orientale et les traditions islamiques parmi les jeunes", a expliqué l'université d'agriculture de Faisalabad (UAF/Est) dans une annonce faite sur son site internet.

"Dans notre culture, les femmes sont davantage autonomisées et gagnent le dû respect des autres en tant que soeurs, mères, filles et épouses", a justifié le vice-doyen, Zafar Iqbal.

"Nous étions en train d'oublier notre culture et la culture occidentale s'enracinait dans notre société", a-t-il poursuivi, ajoutant que l'UAF pensait "distribuer des voiles, des châles et des blouses estampillées UAF aux étudiantes" le 14 février prochain.

L'UAF espère faire cadeau d'au moins mille voiles aux 14.000 jeunes femmes qui y étudient, a déclaré à l'AFP Qamar Bukhari, le porte-parole de l'université, appelant à des donations pour financer l'opération.

"Ces écharpes seront distribuées par l'administration et non par les étudiants" masculins, a-t-il précisé, ajoutant que le but de l'opération est de garantir le respect des femmes.

La Saint-Valentin, de plus en plus célébrée parmi les jeunes Pakistanais, est très critiquée dans ce pays musulman très conservateur et patriarcal où elle est perçue comme une importation occidentale.

En 2017, la Haute cour d'Islamabad avait interdit les festivités en public dans la capitale, saisie par un requérant selon qui "sous couvert de fêter l'amour, c'est en fait l'immoralité, la nudité et l'indécence qui sont promues".

La cour avait également enjoint les médias de cesser de faire la promotion de la fête des amoureux, dans un pays où la grande majorité des mariages sont arrangés.

En 2016, le président pakistanais de l'époque Mamnoon Hussain avait appelé une assemblée d'étudiants à se concentrer sur leur scolarité plutôt que sur une fête n'ayant, selon lui, pas sa place dans une nation musulmane.

Vos commentaires