En ce moment
 

Patricia, une Espagnole de 19 ans recluse dans une secte apocalyptique au Pérou, secourue, avec son fils nouveau-né, par la police

Patricia, une Espagnole de 19 ans recluse dans une secte apocalyptique au Pérou, secourue, avec son fils nouveau-né, par la police
Capture d'écran de El Comercio

La police péruvienne a recueilli jeudi une Espagnole de 19 ans, portée disparue depuis 2017, qui vivait recluse au sein d'une secte apocalyptique dans une région forestière isolée.


"Elle a été capturée par le chef d'une secte religieuse"

Patricia Aguilar, ainsi que deux autres femmes et cinq enfants, dont l'un serait son fils, ont été découverts mercredi dans une maison à San Martín de Pangoa, dans le centre du Pérou. "Patricia a été trouvée par la police, tout comme les autres filles et enfants disparus, et Felix Steven Manrique (leader de la secte) a été arrêté", a indiqué sur Twitter la famille de la jeune fille, qui a été transférée à Lima par la police.

Lorsqu'elle a été secourue, "elle était avec son nouveau-né", a indiqué à l'AFP le responsable du service de lutte de la police contre la traite des êtres humains, le colonel José Antonio Capa. "Elle a été capturée par le chef d'une secte religieuse", a-t-il précisé.


"Cette personne se faisait appeler 'le prince de Gurdjeff', se considérait comme un envoyé de Dieu"

La police a interpellé, au même endroit, le gourou de la secte, connue sous le nom de groupe Gnosis, Félix Steven Manrique, âgé de 35 ans. "Cette personne se faisait appeler 'le prince de Gurdjeff', se considérait comme un envoyé de Dieu, et avait besoin de femmes qui étaient choisies pour accomplir la tâche (de s'occuper de lui)", a ajouté le responsable de la police.

"Il attirait ses victimes sur les réseaux sociaux, principalement Facebook, et réussissait à les convaincre de rester dans son groupe. C'est de cette manière qu'il a convaincu" la jeune Espagnole, a-t-il ajouté.


Portée disparue en février 2017

Patricia Aguilar, originaire d'Alicante, dans le sud-est de l'Espagne, avait été portée disparue en février 2017 par son père Alberto Aguilar, qui s'était rendu à Lima pour participer aux recherches. Il a expliqué à la presse que sa fille était "sous emprise psychologique".

Plusieurs mois après avoir été portée disparue, Patricia Aguilar avait déclaré à la télévision péruvienne America Noticias qu'elle se trouvait au Pérou de son plein gré, a rapporté la presse péruvienne. La jeune fille est arrivée jeudi au siège de la police criminelle à Lima sans faire de déclaration.

Vos commentaires