En ce moment
 
 

Pédophilie: dialogue "fraternel" entre le pape et des évêques chiliens

Pédophilie: dialogue
Le pape François, le 13 janvier 2019 place Saint-Pierre, au VaticanVincenzo PINTO

Le pape François a eu un "dialogue très fraternel" avec cinq prélats chiliens lundi au Vatican, a déclaré l'un d'eux, Mgr Fernando Ramos, au moment où l'Eglise chilienne est toujours secouée par des scandales d'abus sexuels.

"Cela a été une rencontre très fraternelle qui nous a permis d'expliquer le chemin parcouru", a déclaré devant la presse Mgr Ramos, secrétaire général de la conférence épiscopale chilienne.

Le pape argentin a reçu en fin de matinée ces cinq prélats chiliens, dont plusieurs dirigeants de la conférence épiscopale. Le cardinal Riccardo Ezzati, archevêque de Santiago, participait également à cette réunion, qui s'est prolongée par un déjeuner à l'invitation du pape, selon Mgr Ramos.

Le pape a fait "plusieurs suggestions intéressantes qui témoignent d'une grande préoccupation et d'une grande affection pour l'Eglise chilienne", en pleine tourmente à la suite de plusieurs scandales d'abus sexuels, a détaillé Mgr Ramos, cité dans un communiqué publié sur le site de la conférence épiscopale chilienne.

"Toutes les institutions au Chili ont perdu beaucoup de crédibilité, y compris l'Eglise, pas seulement pour un problème culturel mais aussi en raison de nos erreurs, de nos péchés et des délits qui sont commis dans l'Eglise", a encore dit Mgr Ramos devant la presse.

"Nous devons continuer à travailler et donner des réponses aux cas concrets qui ont émergé et peuvent encore émerger", a-t-il assuré.

Le Chili est un des pays les plus gravement touchés par le scandale des abus sexuels commis par des membres du clergé et de leur gestion par les autorités ecclésiastiques.

Convoqués par le pape argentin à Rome en mai dernier, les évêques chiliens lui avaient tous remis leur démission. Depuis, celui-ci en a accepté sept. De son côté, la justice civile chilienne enquête sur la gestion des abus et a entendu, entre autres, le cardinal Ezzati.

Vos commentaires