Pédophilie: le Vatican espère trouver des "mesures concrètes"

(Belga) Le Vatican espère trouver des "mesures concrètes" lors de la réunion mondiale de prélats prévue fin février à Rome sur "la protection des mineurs" au sein de l'Eglise pour mettre fin à la "terrible plaie" des agressions sexuelles.

"Il s'agira d'une occasion sans précédent d'affronter le problème et de trouver de vraies mesures concrètes pour que, lorsque les évêques repartiront de Rome vers leurs diocèses, ils soient en mesure de faire face à ce terrible fléau", a affirmé le porte-parole par intérim du Vatican, Alessandro Gisotti, lors d'une conférence de presse . Alessandro Gisotti, présent au Panama pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), répondait aux questions des journalistes qui lui demandaient pourquoi le dossier des agressions sexuelles au sein de l'Eglise n'avait pas été abordé par le pape devant les centaines d'évêques d'Amérique centrale qu'il a rencontrés jeudi matin, au lendemain de son arrivée au Panama. François, qui n'a eu de cesse ces derniers temps d'affirmer son intransigeance face aux "abominations" de la pédophilie, prépare pour fin février au Vatican une réunion mondiale de prélats très attendue sur "la protection des mineurs" au sein de l'Eglise. Le porte-parole du Vatican a expliqué que ce dossier était "au coeur des préoccupations" du pape et qu'il existait une "pression incroyable" sur l'Eglise concernant ce dossier. "Ce que je veux souligner c'est qu'il n'est pas nécessaire qu'il (le pape) aborde ce sujet lors de chaque conférence avec les évêques ou à chaque fois qu'il y a des jeunes", a poursuivi Alessandro Gisotti. "Vous pouvez comprendre à quel point cette réunion (de février à Rome) est importante pour le pape", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas le début de la bataille, c'est un chemin de croix. Probablement le pire que l'on puisse imaginer. Comme cela a été dit par le pape Benoît XVI et désormais par le pape François. On comprend donc qu'il y a une pression terrible" sur l'Eglise, a-t-il conclu. Le dernier voyage du pape en Amérique latine l'avait conduit en janvier 2018 au Chili, où il avait maladroitement soutenu un évêque pourtant soupçonné d'avoir tu les agissements d'un prêtre pédophile. Le déplacement s'était transformé en fiasco et avait marqué un tournant dans sa papauté. (Belga)

Vos commentaires