Persécutée par sa famille, la jeune Saoudienne Rahaf Mohammed est arrivée au Canada: elle va y commencer sa nouvelle vie (photos)

Persécutée par sa famille, la jeune Saoudienne Rahaf Mohammed est arrivée au Canada: elle va y commencer sa nouvelle vie (photos)

Rahaf Mohammed al-Qunun, la jeune Saoudienne qui a attiré l'attention du monde entier après avoir fui sa famille en Thaïlande, est arrivée samedi matin à l'aéroport de Toronto, où elle a été accueillie par la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, a constaté l'AFP.

"Elle a fait un très long voyage, elle est épuisée et préfère ne pas répondre aux questions pour le moment", a commenté Mme Freeland devant les nombreux journalistes venus attendre la jeune femme de 18 ans. La Saoudienne affirme vouloir fuir les abus psychologiques et physiques de sa famille et s'est vu accorder l'asile par le gouvernement du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Elle voulait que les Canadiens voient qu'elle était arrivée au Canada", a ajouté Mme Freeland, prenant par l'épaule la jeune femme, qui arborait une jupe, une veste de survêtement affichant "Canada", une casquette bleue et un grand sourire. La ministre a loué "le courage" de la jeune Saoudienne, à qui elle souhaité la bienvenue dans "sa nouvelle maison", le Canada.
Cana3
canada-3

La jeune femme avait créé un compte Twitter dans la précipitation

L'arrivée de la jeune femme au Canada marque l'épilogue d'une affaire qui a attiré l'attention du monde entier depuis une semaine, après que la jeune femme eut rendu sa situation publique en créant un compte Twitter.

Elle avait été arrêtée à son arrivée à Bangkok depuis le Koweït, où elle était arrivée avec sa famille avant de leur faire faux bond.

La Thaïlande avait dans un premier temps l'intention de la renvoyer dans son pays à la demande des autorités saoudiennes. Mais la jeune femme s'était barricadée dans une chambre d'hôtel de l'aéroport, postant sur Twitter une multitude de messages et de vidéos désespérés, et accédant immédiatement à une notoriété internationale.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Sollicité par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés), le Canada accepte de l'accueillir

"Je ne doute pas qu'elle va être prise en charge rapidement d'un point de vue matériel par les autorités canadiennes et les ONG qui vont aussi faire le nécessaire pour qu'elle puisse reprendre les études qu'elle dit avoir interrompues sous la pression de sa famille", a expliqué son avocat français, François Zimeray, interrogé par l'AFP avant l'arrivée de la jeune femme à Toronto.

Après avoir médiatisé son cas, Rahaf Mohammed al-Qunun avait été placée sous la protection du HCR en Thaïlande et une demande d'asile avait été adressée par cette agence de l'ONU à plusieurs pays, dont l'Australie dans un premier temps.

Vendredi après-midi, le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait lui-même confirmé avoir finalement accordé l'asile à la jeune femme.

"Nous lui avons accordé l'asile. Nous sommes ravis de le faire, car le Canada est un pays qui mesure à quel point il est important de défendre les droits de la personne et des femmes à travers le monde. Et je peux confirmer que nous avons accepté la demande de l'ONU", a déclaré à la presse le Premier ministre, peu de temps après que les autorités thaïlandaises eurent annoncé le départ de la jeune Saoudienne pour le Canada.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


Les relations entre l'Arabie saoudite et le Canada pourraient se tendre

La décision du Canada risque d'aviver les tensions entre Ryad et Ottawa. L'Arabie saoudite avait annoncé en août l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, rappelé le sien et gelé tout nouveau commerce ou investissement avec le Canada, après la dénonciation par Ottawa de l'arrestation de militants saoudiens des droits humains, dont Samar Badaoui, soeur du blogueur emprisonné Raef Badaoui, dont la femme et les trois enfants vivent réfugiés au Québec.

L'Arabie saoudite est l'un des pays du monde les plus restrictifs pour les droits des femmes. Elles sont notamment soumises à la tutelle d'un homme (père, mari ou autre) qui exerce sur elles une autorité arbitraire et prend à leur place les décisions importantes. L'affaire Qunun a pris une dimension particulière après le meurtre début octobre du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d'Istanbul en Turquie.

Vos commentaires