En ce moment
 

Philippines: Duterte assiste au broyage de voitures de luxe

Philippines: Duterte assiste au broyage de voitures de luxe
Un bulldozer écrase une voiture de luxe saisie par les douanes philippines, le 6 février 2018 à ManilleTED ALJIBE

Le président des Philippines Rodrigo Duterte a assisté mardi au broyage de dizaines de voitures de sport et autres véhicules de luxe dans le cadre de sa campagne de lutte contre la corruption au sein des douanes.

Une Jaguar, une Lexus, une Corvette Stingray, des dizaines de berlines allemandes haut de gamme et de SUV japonais ont été aplatis dans la cour du bureau des douanes à Manille.

Les véhicules avaient été saisis après leur entrée illégale dans l'archipel, expliquent les autorités. Au total, 30 voitures d'une valeur de 61,6 millions de pesos (960.000 euros) ont été transformées en tôle à Manille et dans deux autres villes philippines, sur ordre présidentiel.

"Faites-en de la ferraille", a déclaré M. Duterte après le spectacle, dans un discours devant les employés des douanes.

En temps normal, les véhicules saisis sont mis aux enchères au bénéfice des caisses de l'Etat. "Je les paierai, pas de problème", a promis M. Duterte.

Les services des douanes ont pour tâche de prélever les taxes sur les importations. C'est l'un des services de l'Etat qui génèrent le plus de revenus. Mais dans toutes les enquêtes indépendantes sur les services publics les plus corrompus, les douanes arrivent en tête.

Le commissaire des douanes Isidro Lapena a déclaré lors que la cérémonie qu'il avait redéployé 691 des 7.000 employés des douanes depuis son entrée en fonction en août. Deux douaniers ont été limogés et 16 autres ont été suspendus en raison de soupçons d'activités illégales, a-t-il ajouté.

Arrivé au pouvoir en 2016, Rodrigo Duterte a fait de la lutte contre la corruption et le trafic de drogue les pierres angulaires de ses six années de mandat. Il a lancé une guerre sanglante et controversée contre le narcotrafic au cours de laquelle la police a abattu plus de 4.000 personnes.

Vos commentaires