Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin

Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin
Le président des Etats-Unis Bill Clinton remet la médaille nationale des Arts à Aretha Franklin devant Hillary Clinton, le 29 septembre 1999 à WashingtonSTEPHEN JAFFE

"Un trésor national", "une femme exceptionnelle", "exaltante", "divine": de nombreux artistes et personnalités ont rendu hommage dans le monde entier à la légende de la chanson américaine Aretha Franklin, décédée jeudi à Détroit à l'âge de 76 ans.

La Reine de la Soul avait chanté pour les investitures de Bill Clinton et Barack Obama, et les deux anciens présidents démocrates ne l'ont évidemment pas oublié.

Parmi les premiers à réagir, dans un communiqué conjoint avec sa femme Hillary, M. Clinton a dit "pleurer la perte de (leur) amie", "l'un des plus grands trésors nationaux américains".

"Elle a remué nos âmes pendant plus de 50 ans. Elle était élégante, gracieuse et fermement intransigeante dans son travail artistique (...) Elle sera à jamais la Reine de la Soul et beaucoup plus pour tous ceux qui la connaissaient personnellement et à travers sa musique", ont commenté les Clinton.

M. Obama s'est fendu pour sa part d'un texte aussi touchant que raffiné pour saluer la "divine" Aretha Franklin et la façon dont elle a contribué à "façonner l'Amérique".

"Dans sa voix, nous pouvions lire notre Histoire, dans son entièreté et dans toutes ses nuances: notre puissance et nos peines, notre côté sombre et notre lumière, notre quête de la rédemption et le respect gagné difficilement", a-t-il écrit.

Son successeur à la Maison Blanche, Donald Trump, a lui utilisé son médium de communication préféré, Twitter, pour rendre son premier hommage: "La Reine de la Soul, Aretha Franklin, est décédée. Elle fut une femme exceptionnelle, qui a bénéficié d'un don merveilleux de Dieu, sa voix. Elle va nous manquer!"

"Je veux commencer aujourd'hui par exprimer mes condoléances à la famille d'une personne que je connaissais bien. Elle a travaillé pour moi à de nombreuses occasions. Elle était géniale (...)", a-t-il ajouté plus tard en ouverture d'une réunion gouvernementale à Washington.

- Une "âme d'or"

De nombreuses réactions ont par ailleurs suivi dans le monde de la musique l'annonce du décès de la première femme à avoir été admise au "Rock and Roll Hall of Fame", le panthéon américain du rock.

A commencer par celle d'une autre légende de la chanson américaine, Diana Ross, qui a confié "prier pour l'âme d'or merveilleuse" de l'interprète de "Respect" et de "I Say a Little Prayer".

"Prenons tous un moment pour remercier la vie fabuleuse d'Aretha Franklin, la Reine de nos âmes, qui nous a tous inspirés pendant tant et tant d'années", a tweeté pour sa part l'ancienne icône des Beatles Paul McCartney.

Son compatriote Elton John a évoqué "un coup pour tous ceux qui aiment la vraie musique". Mick Jagger a lui salué une personnalité "tellement exaltante", alors que pour Barbra Streisand, "il est difficile de concevoir un monde sans elle".

Signe qu'elle transcendait les générations, des artistes comme Liam Gallagher, Missy Elliott, Christina Aguilera ou Britney Spears lui ont aussi rendu hommage.

Mariah Carey a regretté sur Twitter la disparition de "la plus grande chanteuse et musicienne de (son) vivant".

"Le pouvoir de ta voix dans la musique et pour les droits civiques a ouvert la porte en grand pour moi et pour beaucoup d'autres", a-t-elle ajouté, faisant écho aux mots du pasteur Jesse Jackson, célèbre défenseur des droits civiques américains, proche de la défunte.

"Elle s'est battue jusqu'à la fin. Elle n'avait jamais cessé de servir, de veiller sur les autres, de partager. Nous la remercions tellement. Elle nous manque déjà énormément", a-t-il déclaré sur la chaîne WDIV en quittant jeudi matin à Détroit le domicile de l'artiste, où elle venait de s'éteindre.

Vos commentaires