En ce moment
 

Plus de 7,5 millions de 'fake news' sur Twitter durant la campagne électorale américaine en 2016

Plus de 7,5 millions de 'fake news' sur Twitter durant la campagne électorale américaine en 2016
Internet

(Belga) Lors de la campagne à l'élection présidentielle américaine en 2016, quelque 7,5 millions de tweets ont renvoyé vers des 'fake news', selon une étude d'un chercheur de l'Université catholique de Louvain (UCLouvain), qui a analysé 171 millions de tweets au total. La diffusion de ces fausses nouvelles semble être le fait de réseaux hyper connectés et le fruit d'un comportement collectif, d'après Alexandre Bovet, dont le travail a été publié dans la revue scientifique Nature Communications.

Les 171 millions de tweets ont été collectés durant les cinq mois qui ont précédé le jour de l'élection. Parmi eux, le chercheur à l'UCLouvain en a identifié 30 millions, envoyés par 2,2 millions d'utilisateurs, contenant un lien vers une source d'information. Il a ensuite classifié ces sources comme émanant d'une source traditionnelle ou étant de la désinformation. D'après son analyse, 25% des tweets intégrant un lien vers un site d'info dirigeaient vers des sites connus pour diffuser des fake news ou des nouvelles extrêmement biaisées. Les comptes automatisés diffusant des fake news étaient en outre plus de deux fois plus actif que les autres. D'après Alexandre Bovet, les réseaux de diffusion de fake news et de nouvelles extrêmement biaisées sont plus densément connectés. Cela signifie notamment que les utilisateurs retweetent plus et sont plus souvent retweetés, explique-t-il. Là où les diffuseurs de news traditionnelles les plus importants sont principalement des journalistes avec des comptes vérifiés par Twitter, des comptes non-vérifiés et effacés sont souvent présents parmi les diffuseurs principaux de fake news et d'infos extrêmement biaisées. Enfin, le chercheur a découvert que les principaux diffuseurs des médias du centre et du centre-gauche influencent largement l'activité de Twitter alors que ceux qui répandent des fake news semblent simplement suivre l'activité du réseau social, en particulier celle des partisans de Donald Trump. Ces différents résultats suggèrent que la diffusion des fake news et des informations extrêmement biaisées semble se produire dans des réseaux plus connectés et être le résultat d'un comportement collectif. Celle des infos du centre et du centre-gauche est par contre dirigée par un petit nombre d'utilisateurs très influents, principalement des journalistes, et se fait en cascade, via des réseaux, avec des connections très hétérogènes. (Belga)

Vos commentaires