En ce moment
 
 

Pologne: publication d'un premier rapport sur des prêtres pédophiles

(Belga) Une fondation de soutien aux victimes de prêtres pédophiles en Pologne a publié jeudi son premier rapport, remis la veille au pape François, qui fait état de 384 cas documentés d'abus commis dans ce pays réputé fidèle à la confession catholique.

La publication du rapport de 27 pages coïncide avec l'ouverture jeudi matin par le pape au Vatican d'une réunion inédite sur la lutte contre la pédophilie. La Fondation 'N'ayez pas peur', créée en 2013, évoque dans son texte 85 prêtres condamnés pour actes pédophiles, 88 autres décrits par les médias et 95 dénoncés par leurs victimes. Le rapport nomme aussi 24 archevêques et évêques polonais accusés par la Fondation d'avoir dissimulé ces abus dans leurs diocèses. "Nous attendons des démissions au sein de la hiérarchie ecclésiastique polonaise. Sans cela rien ne pourra changer", a déclaré Agata Diduszko-Zyglewska, un des auteurs du rapport qui décrit en détail les cas "les plus scandaleux" où des prêtres pédophiles ont été "protégés" par des évêques ou autres supérieurs. Interrogé jeudi par des journalistes, le porte-parole de l'épiscopat polonais a reconnu n'avoir pas lu le rapport de la Fondation. "Toute personne baptisée a le droit d'adresser une lettre au pape, et le Saint-Siège a la possibilité de vérifier si c'est vrai ou non", s'est limité à commenter le père Pawel Rytel-Adrianik. L'épiscopat polonais a adopté il y a 10 ans la règle "zéro tolérance" pour la pédophilie et annoncé la publication prochaine de son propre rapport basé sur les données réunies depuis 1989 dans tous les diocèses du pays. Début février, le président de la conférence épiscopale polonaise, l'archevêque Stanislaw Gadecki, a annoncé avoir rencontré plusieurs victimes d'abus sexuels perpétrés par des prêtres. Cependant, selon Mme Diduszko-Zyglewska, l'épiscopat "ne fait que semblant d'agir" en adoptant des règlements qui sont "justes, certes, mais ne sont pas réalisés". La Fondation accuse la hiérarchie épiscopale d'"éviter tout contact" avec elle et les victimes d'abus qu'elle représente, alors que les dénonciations se font de plus en plus nombreuses. "On a déjà du mal à suivre pour enregistrer et vérifier ces informations qui affluent toujours plus nombreuses" sur les cas anciens et récents, a indiqué Mme Diduszko-Zyglewska. Mercredi, le pape François a embrassé la main de Marek Lisinski, le président de "N'ayez pas peur", au moment où ce dernier lui remettait le rapport, selon des images retransmises par des télévisions en Pologne. (Belga)

Vos commentaires