En ce moment
 
 

Pourquoi la mort mystérieuse de quatre étudiants dans leur résidence universitaire fait tressaillir d'effroi les Etats-Unis?

Pourquoi la mort mystérieuse de quatre étudiants dans leur résidence universitaire fait tressaillir d'effroi les Etats-Unis?
(c)Instagram
 
 

C'est une enquête policière non élucidée qui fait trembler l'Amérique. Le 13 novembre dernier, quatre étudiants de l'Université de Moscou dans l'état de l'Idaho ont été retrouvés sans vie dans la résidence qu'ils partageaient. Les victimes, toutes très proches les unes des autres, ont, semble-t-il, été la cible d'une attaque au couteau.

Cinq jours après ce massacre, de nombreuses questions restent sans réponse. La police américaine n'a toujours aucune piste, ni aucune arme, rapporte le média CNN.

Ces quatre étudiants ont été publiquement identifiés. Il y a un homme Ethan Chapin, 20 ans, et trois femmes Kaylee Gonçalves, 21 ans; Xana Kernodle, 20 ans ; et Madison Mogen, 21 ans.

Quelques heures avant cette macabre découverte, Kaylee Goncalves, l'une des victimes avait posté sur Instagram une photo d'eux quatre rayonnant de bonheur sous le porche de leur résidence avec cette légende : "Une fille chanceuse d'être entourée par ces personnes tous les jours".

Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'instagram' pour afficher ce contenu.

Que s'est-il passé la nuit de samedi à dimanche ?

Alors que la police a lancé un appel à témoins et que la peur s'est installée sur le campus universitaire, les enquêteurs tentent de retracer les dernières heures des victimes, identifier de potentiels suspects et le motif du crime. Ces étudiants ont-ils été les victimes d'un cambriolage qui a mal tourné ? Où étaient-elles particulièrement visées? 

Chapin et Kernodle étaient à une fête sur le campus tandis que Goncalves et Mogen passaient la soirée dans un bar du centre-ville, a déclaré le chef du département de police de Moscou, James Fry.

Chapin ne vivait pas dans la maison mais dormait avec sa petite amie, Kernodle, selon la mère du jeune homme.

Une vidéo filmée par des caméras de surveillance analysée

Des images filmées par les caméras d'un food truck ont capturé les derniers mouvements connus de deux des victimes. Cette vidéo de surveillance montre Madison Mogen et Kaylee Goncalves s'arrêter pour manger tard dans la nuit. Il est plus d'une heure du matin quand ces images ont été filmées. "Goncalves et Mogen étaient les meilleures amies depuis leur tendre enfance et elles "ont tout fait ensemble", a déclaré Alivia Goncalves, sœur de l'une des victimes, à ABC News.

Pendant l'attente d'environ 10 minutes dans la file du food truck, les meilleurs amies de 21 ans semblent s'amuser, rire entre elles, prendre des photos et discuter avec d'autres étudiants réunis à proximité.

Un homme mystérieux semble être avec elles lorsqu'elles arrivent devant le food truck mais les deux jeunes femmes quittent les lieux, seules.

Selon les médecins légistes, Mogen et Goncalves ont été tuées deux heures plus tard à l'intérieur de leur résidence étudiante avec leurs amis Ethan Chapin, 20 ans, et Xana Kernodle, 20 ans.

Campus déserté

À quelques jours des célébrations de Thanksgiving, de nombreux étudiants du campus de Moscou ont anticipé leur retour dans leurs familles.

"Nous ne pouvons pas affirmer qu'il n'y a pas de menace pour la communauté"

La police a, en effet, déclaré dans une communication assez alarmante qu'elle ne pouvait pas assurer avec certitude que le public ne courait aucun risque, revenant sur une déclaration antérieure selon laquelle les attaques étaient ciblées. "Nous ne pouvons pas affirmer qu'il n'y a pas de menace pour la communauté", a déclaré mercredi le chef du département de police de Moscou, James Fry, lors d'une conférence de presse. "Et comme nous l'avons déjà dit, veuillez rester vigilant, signalez toute activité suspecte et restez attentif à tout moment."

Interrogée par CNN, Ava Dritfmeyer, une étudiante de ce campus, a confié son sentiment: "Il fait si sombre. C'est comme un nuage sombre au-dessus de tout. Nous devons partir d'ici aussi vite que possible."

Ava, qui a déclaré vivre près de l'endroit où les quatre étudiants ont été tués, a décrit la situation comme difficile à gérer, à la fois mentalement et émotionnellement.

"Vous savez à quel point c'est fou? Et le fait qu'il n'y ait aucune réponse à nos questions est le pire sentiment de tous les temps", a-t-elle déclaré.

"Tout le monde est en quelque sorte rentré chez lui parce qu'il a peur. … Il y a vraiment un malaise sur le campus en ce moment", a également déclaré l'étudiant Nathan Tinno à CNN.

Deux colocataires témoins-clés

Selon ABC, deux autres colocataires se trouvaient à l'intérieur de la maison au moment des décès. "Aucun d'entre eux n'a été blessé ni retenu en otage", a développé le président de l'université, Green.

Une information confirmée par la police. "Il y avait bien d'autres personnes dans la maison à ce moment-là, mais nous ne nous concentrons pas uniquement sur eux, nous nous concentrons sur tous ceux qui peuvent entrer et sortir de cette résidence", a déclaré James Fry, qui a également précisé que ces deux personnes collaboraient activement au travail des enquêteurs.

L'identité de la personne qui a alerté les secours le dimanche midi n'a, elle, pas été publiquement révélée.


 

Vos commentaires