En ce moment
 

Procès de l'ex-conseiller de Trump: délibérations suspendues jusqu'à mardi

Russie

(Belga) Le jury a suspendu lundi soir ses délibérations pour la nuit, faute de verdict dans le procès pour fraudes fiscale et bancaire de l'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, premier à se retrouver sur le banc des accusés dans le cadre de l'enquête russe.

Les douze jurés --six femmes et six hommes-- entameront leur quatrième journée de délibérations mardi à 09H30 (13H30 GMT) au tribunal d'Alexandria, près de Washington. Lundi, ils se sont penchés à huis clos pendant plus de huit heures sur les 18 chefs d'accusation pesant sur l'ex-lobbyiste et conseiller politique de renom, âgé de 69 ans. Une réunion plus longue que d'ordinaire. Incarcéré depuis juin, Paul Manafort est apparu dans la salle d'audience en souriant à son épouse, toujours assise derrière lui dans le public depuis l'ouverture du procès, le 31 juillet. Paul Manafort "pense que ça a été une très bonne journée", a affirmé aux journalistes son avocat, Kevin Downing, lundi soir. L'équipe des procureurs est de son côté également apparue souriante et détendue mais sans faire de déclarations, comme à son habitude. Paul Manafort est accusé de fraudes fiscale et bancaire liées aux dizaines de millions de dollars tirées de ses activités de conseil auprès de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, soutenu par Moscou, jusqu'à sa fuite d'Ukraine en 2014. Il est accusé d'avoir trompé des banques sur ses finances pour obtenir des prêts. Des faits antérieurs à son passage à la tête de l'équipe de campagne Trump en 2016 et distincts des soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de l'homme d'affaires et Moscou, mais mis au jour au cours de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, cible régulière de l'ire de Donald Trump. Le président américain a encore vivement dénoncé ces investigations lundi. "Où est la collusion? Ils ont inventé un délit bidon appelé Collusion", a-t-il tweeté, critiquant de nouveau "une chasse aux sorcières truquée" et qualifiant les enquêteurs de Robert Mueller de "voyous démocrates". Il n'a de cesse de répéter que Paul Manafort n'a travaillé que très peu de temps sur sa campagne alors qu'il en avait pris la tête pendant une période clé, entre mai et août 2016. Le magistrat en charge du procès, T.S Ellis, a affirmé vendredi avoir reçu des menaces et être placé sous protection policière à cause de ce dossier. Ce procès, démarré le 31 juillet, est le premier émanant de l'enquête du procureur Mueller et marque donc un test pour son équipe. (Belga)

Vos commentaires