En ce moment
 
 

Procès "El Chapo": 3 mois de plongée dans la violence des cartels

Procès
Le tribunal de Brooklyn à New York où se tient le procès du narcotrafiquant mexicain El Chapo, photographié le 9 janvier 2019 Johannes EISELE
Drogue

En presque trois mois, un jury new-yorkais a entendu 54 témoins livrer des témoignages accablants contre le narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman alias "El Chapo".

Ex-associés, ex-employés, ex-maîtresse, la plupart aujourd'hui détenus dans des prisons américaines, ont dressé un tableau sanglant du cartel de Sinaloa - qu'El Chapo est accusé d'avoir co-dirigé pendant 25 ans - confirmant que des séries télévisées comme "Narcos", racontant l'histoire du narcotrafiquant Pablo Escobar, n'ont rien d'exagéré.

A les croire, le cartel de Sinaloa a inondé les Etats-Unis de cocaïne avec la bénédiction de nombreux policiers, militaires et responsables mexicains, jusqu'à la présidence, qui ont fermé les yeux moyennant des millions de dollars de pots-de-vin.

La présentation de l'accusation, qui voulait avec ce procès étaler le drame des cartels, est presque terminée. La question est de savoir si la défense, dans la dernière ligne droite du procès, pourra introduire des doutes sur la culpabilité d'El Chapo, qui risque la perpétuité.

Résumé des témoignages les plus percutants jusqu'ici.

- Enregistrements, SMS compromettants -

Avec la collaboration du Colombien Christian Rodríguez, ex-patron des communications d'El Chapo, le gouvernement américain a intercepté quelque 200 conversations entre le chef du cartel et ses associés, des tueurs à gages, et des responsables mexicains corrompus.

Les enquêteurs ont aussi, grâce à Christian Rodriguez, intercepté des messages cryptés entre El Chapo et ses proches, échangés via des Blackberry que le narcotrafiquant utilisait pour espionner ses associés et ses maîtresses.

Dans un message lu aux jurés, El Chapo parle avec son associée et ex-maîtresse "la Fiera" de créér des sociétés en Allemagne et en Equateur, pour exporter de la drogue "en Europe, au Canada, en Australie et aux Etats-Unis", et l'achat au Bélize de 700 kilos de cocaïne.

- L'ami américain -

Pedro Flores, un trafiquant de Chicago, a témoigné avoir, avec son frère jumeau, reçu 38 tonnes de cocaïne d'El Chapo et de l'autre co-dirigeant du cartel, Ismael "El Mayo" Zambada, entre 2005 et 2008, et quelque 200 kg d'héroïne. Il a précisé avoir tout vendu aux Etats-Unis - la cocaïne pour une somme de 800 millions de dollars, l'héroïne pour 10 millions.

Après s'être livrés aux enquêteurs américains, les frères ont enregistré en cachette des dizaines de conversations avec El Chapo. Dans l'une d'elles, en 2008, Pedro Flores négocie avec El Chapo le prix de 20 kilos d'héroïne.

- Prix multipliés par 10 à New York -

Le comptable d'El Chapo, Jesus Zambada, qui était le frère du co-dirigeant du cartel Ismael "El Mayo" Zambada et responsable du cartel pour la ville de Mexico, a raconté aux jurés comment El Chapo achetait la cocaïne colombienne 3.000 dollars le kilo, et la revendait à New York pour 35.000 dollars le kilo - plus de 10 fois plus cher.

Toute la drogue, soit entre 80 et 100 tonnes annuelles, était envoyée aux Etats-Unis, selon lui.

- Des avions remplis de dollars -

L'ex-pilote et gérant d'El Chapo, Miguel Angel "Gordo" Martinez, a témoigné qu'El Chapo réceptionnait parfois jusqu'à trois avions le même jour, chargés de dollars venus des Etats-Unis. Chaque avion, qui arrivait de la ville-frontière de Tijuana, contenait "entre 8 et 10 millions de dollars", selon lui.

Il a aussi raconté comment El Chapo s'associait à des fournisseurs colombiens pour financer des chargements de cocaïne allant jusqu'à 14 tonnes, transportés par bateau jusqu'au Mexique, des marins colombiens passant la marchandise à des employés d'El Chapo une fois dans les eaux internationales.

Entre 1990 et 1993, El Chapo aurait ainsi importé au Mexique entre 25 et 30 tonnes de cocaïne par an, selon lui.

- Tortures et assassinats -

Un ex-tueur à gages d'El Chapo, Isaias Valdez Rios, a témoigné avoir vu El Chapo torturer et exécuter trois narcotrafiquants rivaux. L'un d'eux a été enterré vivant. Les deux autres ont eu les os brisés avant d'être exécutés et leurs corps jetés dans un brasier.

Bien qu'El Chapo ne soit pas directement accusé d'assassinat, le témoignage du tueur - le plus macabre et sanglant jusqu'ici - pourrait à lui seul sceller le sort de l'accusé.

D'autres témoins ont déclaré avoir vu El Chapo ordonner enlèvements et assassinats de rivaux ou de policiers qui refusaient de se laisser corrompre. Ils ont rapporté qu'El Chapo était protégé en permanence par une centaine de tueurs armés de pistolets, armes automatiques, bazookas, grenades et lance-roquettes.

Vos commentaires