Procès Fiona: les avocats de la mère demandent un nouveau renvoi

Enfants

Les avocats de Cécile Bourgeon ont demandé lundi matin un nouveau renvoi du procès en appel de celle-ci et de son ex-compagnon Berkane Makhlouf, rejugés pour la mort de Fiona en 2013, en dénonçant une "rencontre inopportune" entre le président de la cour d'assises de Haute-Loire et certains avocats.

A l'ouverture de l'audience, Me Gilles-Jean Portejoie a lu une lettre déplorant que le président Étienne Fradin ait "été convié par certains conseils des parties civiles à une rencontre privée, autour d'un verre, dans les locaux de l'hôtel Régina au Puy-en-Velay" la semaine dernière.

Pour les avocats de Cécile Bourgeon, le magistrat "ignorait sûrement que tous les acteurs du procès n'avaient pas été avisés, notamment la défense". "Par nature, une telle réunion était totalement inopportune" mais "l'impartialité du président Fradin - dont nous connaissons la parfaite loyauté - ne peut être mise en cause à la légère", a ajouté Me Portejoie, expliquant ainsi avoir renoncé à une "vexatoire procédure de récusation".

Pour autant, estimant la situation "inextricable", l'avocat considère qu'"une seule solution s'impose, tant pour les parties que pour la justice et son image: le renvoi" du procès.

L'avocat général, Raphaël Sanesi de Gentile, s'est opposé à cette demande. "Je fais confiance à la justice française et demande que ces débats perdurent", a-t-il dit alors que ce procès avait déjà fait l'objet d'un renvoi à l'automne après une vive querelle entre les avocats de la défense et celle d'une association de protection de l'enfance.

Samedi, tandis que des rumeurs de renvoi planaient depuis la veille, les parties civiles avaient dénoncé dans un communiqué "des manœuvres" de la défense de Cécile Bourgeon destinées à faire capoter l'audience une nouvelle fois.

L'audience a été suspendue peu avant 10H30.

Vos commentaires