En ce moment
 
 

Rassemblement à Paris en hommage à Vanesa Campos, prostituée trans tuée il y a un an

Rassemblement à Paris en hommage à Vanesa Campos, prostituée trans tuée il y a un an
Rassemblement à Pigalle à la mémoire de Vanesa Campos, prostituée trans équatorienne assassinée au Bois de BoulogneLionel BONAVENTURE

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées samedi à Paris en souvenir de Vanesa Campos, prostituée trans tuée par balle il y a un an au Bois de Boulogne, a constaté une journaliste de l'AFP.

Après une longue marche ponctuée du slogan "Clients pénalisés, putes assassinées !" et encadrée par une banderole proclamant "Vanesa Campos a été assassinée. Gouvernement complice", le cortège s'est arrêté sur les lieux du drame.

Dans la nuit du 16 au 17 août 2018, Vanesa Campos, une travailleuse du sexe de 36 ans d'origine péruvienne, a été tuée par balle alors qu'elle tentait d'empêcher plusieurs hommes de détrousser un client dans ce haut lieu de la prostitution parisienne.

"Nous allons continuer la lutte, pas seulement pour Vanesa mais pour toutes celles qui travaillent ici, les personnes trans et les personnes LGBTI", a lancé une "compañera" de Vanesa Campos, elle aussi travailleuse du sexe trans originaire d'Amérique du Sud.

"Nous sommes des personnes, nous avons des droits", a-t-elle ajouté.

Toutes les travailleuses du sexe présentes ont dénoncé la loi d'avril 2016 qui punit de 1.500 euros les clients des prostituées et qui, selon elles, les précarise et les met en danger.

"A partir du moment où la loi est passée on a eu une chute drastique du nombre de clients donc on n'a plus autant le choix qu'auparavant dans les clients", explique à l'AFP Anaïs, une des porte-parole du Strass, le Syndicat du travail sexuel, co-organisateur du rassemblement avec Acceptess-T, association de défense des personnes trans.

Avec pour conséquences selon les travailleurs du sexe: la contrainte d'accepter certains clients et certaines pratiques à risque, l'obligation de se cacher pour préserver l'anonymat des clients et des journées de travail plus longues.

Aux prises de parole ont succédé une minute de silence et le dépôt de roses blanches.

Un homme soupçonné du meurtre de Vanesa Campos a été arrêté en Allemagne en janvier après plusieurs mois de cavale et écroué en France. A l'époque, neuf autres personnes avaient été mises en examen et incarcérées dans cette enquête.

"Nous ne baisserons pas les bras, nous ne nous reposerons pas jusqu'à ce que les meurtriers soient condamnés", a déclaré en espagnol Kori, co-présidente d'Acceptess-T.

Vos commentaires