En ce moment
 

RDC : 5 journalistes libérés sous condition après 24 heures de détention

(Belga) Cinq journalistes d'un tri-hebdomadaire congolais interpellés vendredi à Kinshasa ont été libérés après 12 heures de détention dans les services de renseignements de la police, où ils sont invités à retourner lundi avec leur responsable, a indiqué ce journal dans un communiqué.

"Les 5 journalistes d'AfricaNews viennent d'être libérés après 12 heures de détention à la direction des renseignements de la police nationale. Ils sont priés d'y retourner lundi prochain en compagnie du directeur général de publication Achille Kadima", a écrit ce dernier. Ces journalistes avaient été interpellés tôt le matin dans les locaux d'AfricaNews, qui avait parlé d'"enlèvement". L'ONG Reporters sans frontières (RSF) avait alors dénoncé "une vague d'arrestations arbitraires" et demandé "la remise en liberté immédiate de ces reporters". L'interpellation est intervenue une semaine après la publication d'une série d'articles sur des détournements présumés des rations d'élèves-policiers, avait alors expliqué à l'AFP M. Kadima. Les policiers "ont emporté quatre machines, 90 journaux et environ 250 dollars", selon M. Kadima, qui affirme vivre dans la "clandestinité" depuis une semaine. Vendredi, le directeur d'AfricaNews s'était plaint d'une "rafle des journaux" AfricaNews auprès des revendeurs à la criée opérée par des policiers, dans une lettre adressée au chef de la police nationale congolaise. A la une de cette édition du tri-hebdomadaire était écrit : "Enquêtes sur le détournement des rations des élèves-policiers, le général Kanyama convoqué à son tour". Interrogé par l'AFP, le général Kanyama a rejeté ces allégations. La RDC occupe la 154e place sur 180 dans l'édition 2018 du classement de la liberté de la presse établi par RSF. (Belga)

Vos commentaires