En ce moment
 
 

Retour à Marseille pour l'Ocean Viking après 23 jours en mer et 356 sauvetages

Retour à Marseille pour l'Ocean Viking après 23 jours en mer et 356 sauvetages
Le navire affrété par SOS Méditérannée et Médecins Sans Frontières, l'Ocean Viking, avant son départ du port de Marseille le 4 août 2019CLEMENT MAHOUDEAU

L'Ocean Viking, le bateau affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières, a regagné Marseille mardi après une première mission qui lui a permis de secourir 356 personnes au large des eaux libyennes, a constaté l'AFP.

Le bateau, qui a pris la relève de l'Aquarius, privé de pavillon fn 2018, était prêt s'amarrer en début d'après-midi dans le port commercial de Marseille, d'où il avait appareillé le 4 août.

Opérant dans un contexte de suspicions envers les ONG qui se portent au secours des migrants en Méditerranée, le bateau a patienté plus de douze jours entre Lampedusa, l'île italienne au large de la Sicile et Malte, qui a finalement accepté vendredi soir de recueillir ses passagers, suite à un accord de répartition entre plusieurs Etats européens.

L'Ocean Viking va rester quelques jours à quai et entend repartir sans doute "au cours du weekend" prochain pour une nouvelle mission, ont indiqué les responsables des deux ONG à bord.

Les marins sauveteurs de SOS Méditerranée ont effectué quatre opérations de secours dans les eaux internationales entre le 9 et le 12 août, récupérant chaque fois de 80 à plus de 100 personnes à bord de canots pneumatiques en très mauvais état.

Parmi eux figuraient quatre femmes, cinq enfants de un à six ans et plus de 80 mineurs de 15 à 18 ans, dont une majorité voyageant non accompagnés.

Deux de ces sauvetages ont pu être conduits parce que les embarcations avaient été repérées aux jumelles par la veille instaurée 24 heures sur 24 sur la passerelle par les équipes de secours, a rappelé Nicholas Romaniuk, coordinateur des opérations. En particulier le dernier bateau secouru, qui a éclaté alors que les marins arrivés à leur portée distribuaient les gilets de sauvetage.

Deux autres parce que les canots étaient survolées par des avions européens de l'opération Sofia en Méditerranée, qui n'ont cependant pas contacté l'Ocean Viking pour les signaler.

Les rescapés arrivés à bord du bateau ont raconté leur angoisse d'être interceptés par les garde-côtes libyens qui les ramènent en Libye, où ils sont généralement placés en camp de rétention et maltraités.

L'Europe a confié depuis plus d'un an aux garde-côtes libyens la tâche d'intercepter les embarcations se dirigeant vers ses côtes.

Plusieurs interceptions ont été signalées depuis que l'Ocean Viking a quitté la zone de secours, le 13 alors que très peu de bateaux humanitaires parviennent à maintenir leurs opérations en Méditerranée centrale, accusés de complicité avec les passeurs.

"Notre job n'est pas de faire sortir les gens de Libye, mais d'empêcher qu'ils meurent en mer" insiste M. Romaniuk.

Vos commentaires