Jonathann Daval montre une personnalité difficile à cerner

Jonathann Daval montre une personnalité difficile à cerner
L'avocat de Jonathann Daval Randall Schwerdorffer au tribunal de Besançon, le 4 juillet 2018SEBASTIEN BOZON

Huit mois après la mort d'Alexia Daval, les dernières déclarations de son mari Jonathann, revenu sur ses aveux après avoir reconnu être l'auteur du meurtre de son épouse, révèlent une personnalité difficile à cerner.

Après le coup de théâtre marqué par les récentes déclarations de Jonathann Daval devant le juge d'instruction à Besançon, dont la teneur a été révélée mercredi, l'avocat des parents d'Alexia, Me Jean-Marc Florand, s'est interrogé sur "la santé mentale" du suspect.

L'informaticien de 34 ans est revenu la semaine dernière sur ses aveux, niant être l'auteur du meurtre et accusant - contre toute attente - son beau-frère, Grégory Gay.

Il l'accuse d'avoir étranglé Alexia en tentant de la maîtriser lors d'une crise d'hystérie au domicile des parents de la jeune femme de 29 ans, dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, selon une source proche de l'enquête.

Les Daval y dînaient en compagnie de la soeur d'Alexia, Stéphanie, et de son mari, Grégory Gay.

Mais l'avocat de la famille s'est montré très réservé face à ces "nouvelles déclarations".

Après la mort d'Alexia, "toute la France a vu un Jonathann Daval effondré, en larmes, écrasé par le poids de la douleur (...) Puis, grande surprise, la France a vu avec stupeur un Jonathann Daval qui s'accusait du meurtre", a souligné Me Florand devant la presse.

"Maintenant, on a un nouveau Jonathann Daval, une nouvelle version, un Jonathann Daval totalement étranger (...) qui ne serait plus l'auteur, il y aurait cette fois-ci d'autres personnes responsables du meurtre", a ajouté l'avocat d'Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, parents de la victime.

- Capable de "manipulation" -

M. Daval "a enfilé plusieurs costumes. Où est la vérité, je n'en sais rien !", a martelé l'avocat. "La crédibilité de Jonathann Daval est sujette à caution (...) Rien ne colle à l'objectivité du dossier" et des rapports d'autopsie, a-t-il dit, ajoutant: "Ce dossier est dans l'impasse".

"Ma conviction profonde, c'est qu'Alexia a été tuée par une ou deux personnes avec une dose de rage considérable", a dit l'avocat.

"Ce garçon connaît parfaitement la vérité de A à Z. Je ne connais pas son rôle mais il sera dans le générique du film", a affirmé Me Florand, qui dit attendre "avec une grande impatience ce que diront les rapports d'expertise" pour éclairer le dossier.

De premiers éléments concernant la personnalité du suspect, basés sur une première expertise psychiatrique de Jonathann Daval, font état d'un homme aux "traits pervers", capable de "manipulation", a indiqué une source proche du dossier à l'AFP.

Son avocat, Randall Schwerdorffer s'est agacé de ces fuites, dénonçant une "violation du secret de l'instruction", destinée à "décrédibiliser la parole" de son client.

"Le problème, c'est qu'il est fait état de conclusions qui sont partiellement erronées et incomplètes, d'une expertise qui n'est pas définitive et qui peut faire l'objet d'une demande de contre-expertise", a-t-il dit.

Pour l'heure, Me Jérôme Pichoff, autre avocat de l'informaticien, estime que "des investigations sont à faire pour vérifier" si les déclarations de Jonathann Daval "sont crédibles".

"Nous verrons à l’issue de l’instruction, et non pas aujourd’hui, s'il y a un fond de vérité dans ces déclarations", a-t-il souligné.

"Il n'y aura peut-être rien de vrai, peut-être une petite part de vérité, ou peut-être que tout sera vrai", a ajouté le conseil.

Les deux avocats de Jonathann Daval ont annoncé qu'il feraient "des demandes d’actes supplémentaires auprès du juge d'instruction.

Jonathann Daval, mis en examen en janvier pour "meurtre sur conjoint" et qui encourt la prison à perpétuité, est actuellement pris en charge au service médico-psychologique régional (SMPR) de la maison d'arrêt de Dijon.

Vos commentaires