En ce moment
 

Rohani fait référence à la guerre Iran-Irak pour appeler à l'unité

Rohani fait référence à la guerre Iran-Irak pour appeler à l'unité
Le président iranien Hassan Rohani appelle à l'unité face aux difficultés économiquesATTA KENARE

Le président iranien Hassan Rohani a évoqué samedi le souvenir de la guerre dévastatrice entre l'Iran et l'Irak pour appeler à l'unité face aux difficultés économiques et aux pressions américaines.

"Aujourd'hui, le gouvernement est en première ligne. C'est une guerre économique, psychologique et de propagande", a déclaré M. Rohani à la télévision d'Etat.

"Nous avons connu de bons et de mauvais jours durant la +Défense sacrée+", a-t-il poursuivi, utilisant l'appellation officielle iranienne pour faire référence au conflit avec l'Irak, qui a fait, selon certains bilans, un million de morts dans les deux pays entre 1980 et 1988.

"Mais notre nation n'a jamais baissé les bras. Et aujourd'hui non plus, notre nation ne s'agenouillera pas face à la pression de ce nouveau groupe à la Maison Blanche", a-t-il ajouté.

L'économie iranienne est en grande difficulté ces derniers mois en raison notamment du retrait de Washington de l'accord nucléaire de 2015. Ce texte signé avec plusieurs grandes puissances, avait alors permis la levée des sanctions économiques en contrepartie d'un contrôle sur le programme atomique iranien.

Même si les pays européens restent engagés dans cet accord historique, le rétablissement des sanctions américaines affecte durement l'économie.

Les prix continuent d'augmenter et les pénuries se multiplient tandis que la monnaie iranienne -le rial- s'est dépréciée de 70% face au dollar depuis un an.

M. Rohani a accusé les Etats-Unis de faire pression sur l'Iran tout en appelant "chaque jour" à des négociations.

"Que faut-il croire? Vos messages ou vos brutales actions? Si vous voulez le bien des Iraniens, pourquoi faites-vous pression sur eux?" a-t-il lancé.

Il a appelé à l'unité au moment où il est sous pression à la fois des réformateurs et des conservateurs qui critiquent sa gestion de la crise économique.

"Nous ne pouvons combattre à la fois l'Amérique, la gauche et la droite. Nous ne pouvons combattre sur trois fronts", a-t-il insisté.

Le président iranien a toutefois reconnu l'aggravation des problèmes économiques.

"Mais nous ne pouvons pas abandonner nos objectifs en raison de difficultés passagères. Rappelez-vous ces temps de guerre, nos souffrances nous avaient finalement conduit à des victoires", a-t-il argué.

Le discours de M. Rohani a été prononcé lors d'un événement en hommage à Mohammed-Ali Rajaï, le deuxième président d'Iran, dont l'assassinat en août 1981 avait été attribué au mouvement Les Moudjahidine du peuple (MEK), opposants au régime iranien.

Vos commentaires