Rugby Championship: les All Blacks maîtrisent une Argentine coriace

Rugby Championship: les All Blacks maîtrisent une Argentine coriace
Vue générale du Trafalgar Park à Nelson lors du match Nouvelle-Zélande - Argentine en Rugby Championship, le 8 septembre 2018 Marty MELVILLE

La Nouvelle-Zélande a battu avec une marge confortable 46 à 24 l'Argentine, qui a parfois contrarié les All Blacks sans véritablement les inquiéter, samedi à Nelson, le berceau du rugby néo-zélandais sur la côte Nord de l'île du Sud, lors de la 3e journée du Rugby Championship.

Avec cette troisième victoire assortie du bonus, les All Blacks confortent leur position de leader du tournoi.

Dès le coup d'envoi, les All Blacks, remaniés pour moitié, ont mis la main sur le ballon et ont ouvert logiquement le score à la 5e minute.

L'ouvreur Richie Mo'unga, qui pour son premier match en tant que titulaire a fait le job sans particulièrement briller, transformait alors une pénalité d'une trentaine de mètres, consécutive à une mêlée écroulée par les Pumas (3-0).

Et ce n'est pas un essai, totalement contre le cours du jeu, de l'ailier argentin Ramiro Moyano, qui aplatissait en coin à la 15e minute après avoir effacé plusieurs arrières All Blacks, qui troublait la machine néo-zélandaise.

L'équipe de Steve Hansen est repassée devant au score dès le renvoi, grâce à une accélération de l'ailier Nehe Milner-Skudder qui a signé son retour chez les Blacks après un an d'absence due à une blessure à l'épaule.

Les coéquipiers de Kieran Read ont ajouté un autre essai par le demi de mêlée TJ Perenara, qui concrétisait d'un petit coup de patte une série de temps de jeu sur l'en-but argentin (15-7, 30e).

Malgré une belle réaction des Pumas en fin de première période, les All Blacks menaient au repos 18-7.

- "Force mentale" -

Lors du deuxième acte, les Argentins, grâce au talent de leurs lignes arrières, ont inscrit deux nouveaux essais.

"Je pense que plusieurs de nos arrières avaient leur place dans l'équipe des All Blacks ce soir", s'est d'ailleurs félicité le sélectionneur des Pumas, Mario Ledesma.

Mais les coéquipiers du talonneur Agustin Creevy, trop souvent pénalisés (2 fois plus que l'adversaire/14 à 7) ont été largement dominés par la puissance des avants de la Nouvelle-Zélande, qui a conservé la mainmise sur le match grâce à quelques coups d'accélérateur. Avec en fer de lance un Shannon Frizell auteur d'un grand match à la pointe de la troisième ligne.

"Ils ont paticulièrement bien joué à certains moments et nous ont mis sous pression, et nous avons dû faire preuve de force mentale", a estimé Steve Hansen. "Notre défense n'a pas été aussi bonne qu'elle aurait pu l'être", a ajouté le sélectionneur néo-zélandais, qui avait apporté pour ce test de nombreux changements à son équipe par rapport à celle qui avait surclassé l'Australie il y a quinze jours. "Mais à chaque fois qu'ils ont marqué, nous avons réagi, ce qui montre une grande puissance de caractère".

L'Argentine a concédé contre les All Blacks sa 26e défaite en 27 matches (contre un seul nul en 1985 à Buenos Aires). La Nouvelle-Zélande n'a plus perdu à domicile contre une équipe nationale depuis le 12 septembre 2009.

Vos commentaires