Rugby: l'Australie se sépare de Folau, auteur de nouveaux propos homophobes

Rugby: l'Australie se sépare de Folau, auteur de nouveaux propos homophobes
L'arrière australien Israel Folau lors d'un test-match face à l'Angleterre, à Twickenham, le 24 novembre 2018Ben STANSALL
sport

Trop, c'est trop: la Fédération australienne de rugby a décidé jeudi de mettre un terme au contrat de son joueur-vedette Israel Folau, auteur de nouveaux propos homophobes, un coup dur pour sa sélection à quelques mois de la Coupe du monde.

"Ivrognes, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l'Enfer vous attend. Repentez-vous! Seul Jésus peut vous sauver." Folau, fervent chrétien évangéliste, a probablement signé la fin de sa carrière internationale par cette nouvelle salve de propos discriminants, publiée mercredi sur son compte Instagram.

La directrice exécutive de la Fédération Raelene Castle avait été accusée de manquer de fermeté lors du dérapage précédent de l'arrière des Wallabies (30 ans, 73 sélections): elle n'a cette fois pas traîné, annonçant son intention de mettre fin au contrat de Folau "en l'absence de facteurs atténuants convaincants".

Folau, qui s'était opposé à la légalisation du mariage homosexuel dans son pays, adoptée fin 2017 par le parlement, avait déjà mis Castle dans le plus grand embarras en avril 2018 en affirmant que l'Enfer attendait les homosexuels à moins qu'ils ne se repentent de leurs péchés.

Convoqué mais non sanctionné, Folau avait récidivé un mois plus tard en postant une vidéo dans laquelle un évangéliste américain mettait en garde contre le mariage entre personnes du même sexe, évoquant des "perversions sexuelles indescriptibles".

- Droit et respect -

"D'un côté, il y a le droit de chacun d'exprimer son opinion, qu'elle soit religieuse ou autre, et de l'autre, il y a la question de savoir si c'est fait d'une manière respectueuse ou non", avait alors déclaré Castle.

Tiraillée entre la nécessité de conserver son meilleur joueur et l'atteinte à l'image du rugby australien, la Fédération avait finalement opté pour la première option en faisant signer à Folau un nouveau contrat jusqu'à fin 2022, pour plusieurs millions de dollars australiens.

Un contrat qu'elle et les Waratahs, l'équipe de Nouvelle-Galles-du-Sud dans laquelle évolue Folau en Super Rugby, vont donc déchirer. Dans un communiqué commun, la Fédération et la province ont expliqué: "Si Israel est en droit d'avoir des convictions religieuses, la manière dont il les a exprimées n'est pas compatible avec les valeurs de ce sport".

Car la nouvelle diatribe de Folau est le dérapage de trop pour la compagnie aérienne australienne Qantas, sponsor des Wallabies dont le patron Alan Joyce est ouvertement homosexuel et qui a condamné des propos "vraiment décevants".

Folau ne pourra pas trouver refuge dans le rugby à XIII, son ancienne discipline dans laquelle il excellait également. Peter Beattie, le président de l'Australian Rugby League Commission (ARLC) qui gère la National Rugby League (NRL), le championnat australien, a déclaré qu'il s'opposerait au retour du prodige. "Israel Folau est en rupture avec la politique d'inclusion de la NRL", a-t-il dit au Daily Telegraph.

Le sélectionneur des Wallabies Michael Cheika va donc devoir se passer du meilleur marqueur de l'histoire du Super Rugby (60 essais), qu'il considère comme "l'un des meilleurs joueurs du monde".

A cinq mois du Mondial japonais, c'est un énorme coup dur pour l'équipe finaliste de la précédente édition en 2015, mais en perte de vitesse depuis.

Les Australiens n'ont remporté que 4 matchs sur 13 en 2018, échappant de peu à la dernière place du Rugby Championship. Leurs chances de remporter un troisième trophée mondial, après 1991 et 1999, viennent de diminuer encore un peu plus.

Vos commentaires