Rupture de barrage en Birmanie: l'évacuation se poursuit

Rupture de barrage en Birmanie: l'évacuation se poursuit
Des soldats évaucent des résidents en barque à Bago, dans le centre de la Birmanie, le 30 août 2018Ye Aung THU

Les sauveteurs birmans tentaient jeudi d'accéder aux derniers rescapés toujours piégés, au lendemain de la rupture d'un barrage causée par les pluies de la mousson.

Aucun décès n'a pour l'instant été signalé.

Des soldats portant des gilets de sauvetage orange au-dessus de leur tenue de camouflage les évacuaient en barques, selon des journalistes de l'AFP dans la région de Bago, dans le centre de la Birmanie.

Au total, plus de 63.000 personnes ont été touchées par le désastre. Plus de 12.000 d'entre elles ont été accueillies dans une trentaine de sites ouverts par les autorités.

La rupture d'une large portion du barrage Swar Chaung mercredi matin est due selon les autorités au fait que le système d'évacuation du barrage a été endommagé par les pluies de la mousson.

Les habitants rencontrés par l'AFP assurent ne pas avoir été prévenus par les autorités.

"Personne ne nous a dit ce que nous devions faire. Nous avons surveillé le niveau de l'eau et nous nous sommes enfuis quand la situation a empiré", explique Wai Lin Aung, 27 ans, qui a passé la nuit dans un monastère, comme de nombreux habitants ayant perdu leurs maisons.

Cette rupture survient quelques semaines après d'importantes inondations dues aux pluies de la mousson, qui avaient déjà forcé 150.000 personnes à fuir leur foyer en Birmanie.

En Asie du Sud-Est, la saison annuelle de la mousson s'étend généralement de juin à novembre.

Le Laos, pays voisin de la Birmanie, a également subi le mois dernier des pluies torrentielles qui ont entraîné la rupture d'un barrage, provoquant la mort d'au moins 35 personnes, de nombreux disparus et des milliers de personnes réfugiées dans des abris temporaires.

Vos commentaires