En ce moment
 
 

Russie: 4 ans de camp requis contre le responsable de l'ONG Memorial en Tchétchénie

histoire, Russie

(Belga) Le parquet russe a requis lundi quatre ans de camp contre le responsable de l'ONG russe de défense des droits de l'Homme Memorial en Tchétchénie, accusé de possession de drogue, au terme d'un procès dénoncé par ses collègues comme monté de toutes pièces.

Oïoub Titiev, à qui le Conseil de l'Europe a décerné en octobre dernier le prix des droits de l'homme Vaclav Havel, avait été arrêté en janvier 2018, après la découverte de drogue dans sa voiture, placée selon lui à son insu. "Nous demandons de reconnaître Titiev coupable et de le condamner à 4 ans de camp et une amende de 100.000 roubles" (1.347 euros au taux de lundi)", a déclaré le procureur, cité par l'agence officielle TASS, lors de l'audience dans un tribunal de Tchétchénie, république du Caucase russe. Le procès avait débuté l'été dernier. Le tribunal municipal de Chali, une ville située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Grozny, la capitale tchétchène, rendra son verdict le 18 mars à 07H00 GMT, a indiqué lundi soir un porte-parole de Memorial à l'agence de presse Interfax. La semaine dernière, l'organisation Memorial a dénoncé le procès de M. Titiev comme un "maillon tragique" des pressions visant à entraver son travail, jugeant l'issue jouée d'avance. Selon la défense, les poursuites contre M. Titiev sont liées au fait qu'il enquêtait sur les prisons secrètes en Tchétchénie, ce qui a permis de libérer plusieurs personnes. Memorial est dans le collimateur des autorités russes depuis des années en raison notamment de son travail de mémoire sur les épisodes sanglants du passé soviétique. L'ONG Amnesty International a affirmé lundi que l'"objectif du procès d'Oïoub n'est pas la justice, mais la vengeance". "Amnesty International considère Oïoub Titiev comme un prisonnier de conscience, emprisonné uniquement en raison de son travail pour les victimes des abus des droits de l'homme en Tchétchénie", a souligné l'ONG, en appelant à sa libération "immédiate et sans condition". Les députés européens avaient également réclamé à la mi-février la libération immédiate d'Oïoub Titiev. (Belga)

Vos commentaires