En ce moment
 

Le Kremlin juge "scandaleuses" les sanctions américaines contre des entreprises russes

Le Kremlin juge
Le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch à Moscou, le 16 octobre 2016Alexander Zemlianichenko
Russie

Le Kremlin a jugé lundi "scandaleuses" les nouvelles sanctions américaines décrétées vendredi contre des hommes d'affaires, des hauts responsables et des entreprises russes, qui ont provoqué un mouvement de panique boursière à Moscou.

"Cette histoire est scandaleuse au vu de l'illégalité (de ces sanctions), au vu de la violation de toutes les normes", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le gouvernement russe avait assuré auparavant qu'il soutiendrait les entreprises visées par les nouvelles sanctions décrétées par les Etats-Unis, qui ciblent les actifs de plusieurs oligarques majeurs et inquiètent les investisseurs.

"Dans la situation actuelle, si leur situation s'aggrave nous les soutiendrons", a déclaré le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch, cité par les agences russes, précisant que "ces entreprises bénéficient déjà d'un soutien constant".

Les nouvelles sanctions américaines risquent de porter un coup dur à l'économie russe.

Sept "oligarques" ainsi que douze entreprises qu'ils possèdent ou contrôlent font partie de la nouvelle liste. Parmi eux figurent Oleg Deripaska, propriétaire du géant de l'aluminium Rusal, Igor Rotenberg et Viktor Vekselberg, acteurs importants du secteur énergétique tout comme Kirill Chamalov, présenté par Washington comme le gendre du président Poutine.

Les marchés boursiers russes étaient en fort repli lundi et le rouble a également souffert, atteignant ses plus bas niveaux depuis plus d'un an.

Pendant ce temps sur la Bourse de Hong Kong, Rusal perdait près de la moitié de sa valeur, ce qui pourrait selon lui aboutir à un "défaut" sur une partie de sa dette.

L'entreprise publique russe chargée des exportations militaires, Rosoboronexport, également sur la liste, avait déclaré vendredi que les sanctions constituaient "une excuse pour écarter la Russie du marché mondial des armements"

Vos commentaires