En ce moment
 
 

Sabrina, détenue en Syrie après avoir rejoint l'EI, réclame de l'aide pour les enfants: "3 sont morts dans l'incendie d'une tente cette semaine"

Sabrina, détenue en Syrie après avoir rejoint l'EI, réclame de l'aide pour les enfants:
© AFP

Sabrina est une Belge actuellement détenue dans un camp du Kurdistan syrien. Un endroit qui regroupe des femmes de différents pays. Elles avaient rejoint les rangs de l’Etat Islamique et sont souvent accompagnées d’enfants. Afin de garantir sa sécurité et éviter d’éventuelles représailles suite à son témoignage, nous ne dévoilons pas son identité réelle ni l’endroit où elle se trouve exactement.

Dans le camp, ces cellules familiales vivent sous des tentes en attendant que les différentes nations concernées se positionnent concernant un éventuel rapatriement.
Dans ces conditions précaires, ce sont des chauffages d’appoints au kérosène particulièrement dangereux qui sont utilisés.

 

Contactée par RTL INFO, Sabrina nous apprend que trois enfants d’une même famille originaire d'Azerbaïdjan ont péris cette semaine suite à l’incendie d’un campement: "C'est trop! Combien d'enfants doivent mourir avant que nos pays réagissent? Je sais que certains politiciens et l’opinion publique souhaitent notre mort, mais nos enfants n’ont rien a voir là-dedans. Il faut arrêter de fermer les yeux, cet endroit est vraiment dangereux pour les enfants et pour les adultes".

Cette semaine, l’enfant de Shamima Begum est également décédé, vraisemblablement d’une infection aux poumons. Cette jeune Britannique déchue de sa nationalité demandait son rapatriement. C’est également le cas de Sabrina, qui a elle aussi un enfant. Elle déclare: "Si nos pays ne veulent vraiment pas nous reprendre, qu’ils nous envoient au moins de quoi soigner nos enfants et de quoi les vacciner et les nourrir car des femmes et des enfants ont faim ici".

A l’heure actuelle la position de la Belgique est claire: elle accepte uniquement le rapatrier des enfants.

Vos commentaires