En ce moment
 
 

Salvador: un millier de faux "repentis" transférés dans des prisons de haute sécurité

(Belga) Un millier de criminels salvadoriens qui prétendaient être "repentis" pour bénéficier de conditions plus souples ont été transférés vendredi dans des prisons de haute sécurité pour les empêcher d'ordonner assassinats et extorsions de fonds depuis leurs lieux de détention, ont annoncé les autorités.

"Aujourd'hui, nous avons mis en oeuvre le transfert de mille détenus depuis plusieurs prisons", a annoncé en conférence de presse M. Osiris Luna, vice-ministre de la justice. Cette mesure a pour but de "couper" les communications entre ces gangsters et leurs complices en liberté, a-t-il précisé. Beaucoup de ces membres de bandes criminelles, les "maras" de sinistre réputation, avaient "fait semblant" de vouloir rompre avec leur passé afin de bénéficier d'un régime de détention plus souple leur permettant d'avoir accès, de manière illégale, à des téléphones cellulaires. Ces faux "repentis" en profitaient pour ordonner depuis leur prison assassinats et extorsions de fonds, selon le vice-ministre. Les autorités ont par ailleurs exigé vendredi des opérateurs de téléphonie mobile qu'ils bloquent d'ici une semaine les télécommunications avec la vingtaine de prisons du pays. Ces mesures font partie d'un plan de lutte contre la criminalité organisée lancé jeudi par le gouvernement du nouveau président Nayib Bukele. L'objectif déclaré est de s'attaquer prioritairement aux activités de racket, principale source du financement des bandes criminelles. Un total de 2.500 policiers et 3.000 soldats ont été déployés dans une douzaine de zones du pays plus particulièrement affectées par les extorsions de fonds, dont le centre de la capitale San Salvador. On estime à 70.000 le nombre de "mareros" (gangsters) au Salvador, dont 17.000 sont en prison. Le Salvador figure parmi les pays les plus dangereux au monde, hors zones de guerre, avec une moyenne de 51 meurtres pour 100.000 habitants en 2018. (Belga)

Vos commentaires