En ce moment
 

Sam Rockwell oscarisé en flic raciste et violent dans "3 Billboards"

Sam Rockwell oscarisé en flic raciste et violent dans
L'acteur Sam Rockwell, Oscar du meilleur second rôle pour "3 Billboards: Les panneaux de la vengeance", le 4 mars 2018 à Hollywood, en Californie Kyle GRILLOT

Sam Rockwell aime les anti-héros et c'est l'un d'eux qui lui a valu d'être sacré dimanche Oscar du meilleur second rôle: Jason Dixon, flic raciste, bête et violent qui trouvera la rédemption dans "3 Billboards, Les panneaux de la vengeance".

A 49 ans, c'était la première nomination aux Oscars de l'acteur californien, qui a déjà récolté un Golden Globe et un SAG Awards pour ce personnage.

"Vous êtes mes héros" a-t-il déclaré à ses partenaires à l'écran Frances McDormand et Woody Harrelson en venant chercher sa statuette sur la scène du Dolby Theater.

Il l'a emporté face à Willem Dafoe ("The Florida Project"), Richard Jenkins ("La forme de l'eau"), Christopher Plummer ("Tout l'argent du monde") et Woody Harrelson, également nommé pour un rôle de policier dans "Three Billboards".

Harrelson y joue un shérif très respecté qui va affronter une mère en colère, Mildred Hayes (Frances Mc Dormand) face à la lenteur de l'enquête sur le meurtre de sa fille... et a souvent maille à partir avec l'agent Dixon.

Ce dernier, alcoolique adepte des bagarres dans les bars, va quant à lui s'opposer frontalement à Mildred Hayes, avant de petit à petit se rapprocher d'elle et l'accompagner dans sa quête de justice.

Harrelson comme Rockwell avaient déjà collaboré avec l'auteur-réalisateur britannique Martin McDonagh dans "7 Psychopathes" (2012).

"C'est un génie, c'est un scénariste tellement formidable", dit Rockwell du cinéaste.

Pour incarner Jason Dixon qui semble par moment aussi décérébré qu'il est violent - il défenestre un publicitaire lors d'un instant de colère, il est accusé d'avoir torturé un détenu noir, ...- l'acteur dit ne pas avoir voulu être cérébral mais au contraire avoir puisé dans "les endroits innocents" de son âme.

Son rôle a fait polémique, les critiques déplorant que McDonagh ait permis à son personnage xénophobe d'échapper à toutes poursuites pour ses crimes, jugeant aussi improbable son rachat moral.

- 'J'aime le trucs sombres' -

Fils de deux acteurs, Sam Rockwell a grandi entre New York et San Franciso et fait ses premiers pas sur scène à 10 ans en incarnant Humphrey Bogart auprès de sa mère Penny Hess.

Sur son enfance il a plaisanté en recevant son prix du syndicat des acteurs d'Hollywood (SAG): "Ma mère et mon père étaient acteurs, ils m'ont trainé à des répétitions quand j'étais un bébé. J'ai lentement réalisé que ces gens sont fous".

Après des débuts sur petit écran, c'est dans un film d'horreur produit par Francis Ford Coppola, "Clownhouse", qu'il est pour la première fois apparu au cinéma, en 1989.

Abonné aux seconds rôles, il est apparu dans "Celebrity" de Woody Allen, a joué le rôle marquant du prisonnier William "Wild Bill" Wharton dans "La ligne verte", d'après un scénario de Stephen King.

Il a également incarné un petit ami traître et dangereux dans "Charlie et ses drôles de dames", et était aussi à l'affiche de "L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford", une reprise de "Songe d'une nuit d'été", ou "Iron Man 2", où il apparaissait avec sa compagne depuis plus de dix ans Leslie Bibb.

Il est au générique de "Mute" un film d'anticipation avec Alexander Skarsgard et Justin Theroux sorti sur Netflix le mois dernier.

A propos de ses personnages il avait déclaré: "J'aime les trucs sombres. Je pense que les héros devraient avoir des défauts".

Vos commentaires