En ce moment
 
 

Scandale à la CIA: entre maîtresses et services secrets

 
 

Les médias se passionnent pour l'affaire qui enflamme la haute hiérarchie des services secrets américains et qui a mené à la démission du directeur de la CIA. En cause, une histoire d'adultère et une amitié floue qui aurait aussi concerné un général de l'OTAN.

Une histoire rocambolesque déchaîne les passions et fait trembler les services secrets américains. A l'origine, semble-t-il, une relation extra-conjugale qui aurait eu des conséquences ravageuses, dont la plus connue est la récente démission de David Petraeus, chef de la CIA, les services secrets américains. Ce général quatre étoiles, populaire et respecté de tous était l’officier le plus connu de l’armée américaine avant de poursuivre sa carrière à la CIA. On l'aurait même vu à la Maison Blanche. C'est dire...

> RETOUR SUR LA CHRONOLOGIE DES FAITS

Qui est la fameuse Paula Broadwell ?

Ni Petraeus, ni la CIA n'ont expliqué exactement pourquoi il pensait devoir démissionner à cause de cette affaire d'adultère, et si cette liaison constituait un problème exclusivement personnel ou bien posait des questions de sécurité. Agée de 40 ans, Paula Broadwell est mariée et mère de deux jeunes fils, ancienne major de l'armée américaine, diplômée de Harvard et de l'académie militaire de West Point.
C’est en devenant la biographe de Petraeus et en le suivant à Kaboul que leur relation a commencé.

> EN SAVOIR PLUS SUR PAULA BROADWELL

Paula Broadwell envoie des mails de menaces à une autre femme, Jill Kelley

Le FBI a découvert la liaison entre Petraeus et Paula Broadwell, finie depuis cet été, en enquêtant sur six courriers électroniques de menace. Ces courriers ont été écrits par Paula et envoyés à Jill Kelley, une amie de M. Petraeus, qui a pris peur et a prévenu le FBI. Selon le journal, la "nature de sa relation avec M. Petraeus n'est pas connue", mais les deux femmes semblent rivaliser pour l’affection et la reconnaissance de Petraeus.

Lors de son enquête, l'agence fédérale a alors découvert sur sa messagerie des conversations intimes avec le général. Après avoir entendu Mme Broadwell et M. Petraeus, le FBI a estimé au vu des faits qu'aucun délit n'avait été commis.

Selon un proche de M. Petraeus cité par ABC News, la relation entre le général et Mme Kelley est purement "amicale". Elle travaillait comme "agent de liaison sociale" et assurait la liaison entre le département d'Etat et le Commandement interarmes des opérations spéciales (JSOC), basé à Tampa.

Paula Broadwell a-t-elle fouillé dans les documents confidentiels?

L'Amérique s'interroge: quelle était la véritable nature de sa relation avec Petraeus? Pourquoi est-elle allée jusqu'à envoyer des mails menaçants à une deuxième femme, qu'elle aurait considérée comme une rivale potentielle selon les médias américains?
Elle est soupçonnée d'avoir tenté d'accéder aux courriers électroniques du chef de la CIA, contenant des informations classifiées, quand celui-ci dirigeait la coalition internationale en Afghanistan.

Un général de l’OTAN impliqué

Pour compliquer le tout, le scandale a connu un nouveau rebondissement ce mardi avec la révélation d'une possible implication du commandant des forces de l'Otan, le général Allen, en Afghanistan pour avoir échangé des courriels "inappropriés" avec Madame Kelley. Le 10 octobre dernier il avait été nommé commandant opérationnel ou commandant suprême des forces alliées en Europe, poste traditionnellement dévolu aux Etats-Unis. Mais mardi Barack Obama a suspendu cette nomination, en raison de cette probable implication dans cette affaire.


S’agirait-il d’un complot ? Des responsables du FBI et de la CIA doivent faire le point mardi au Congrès cette enquête d'adultère, selon les médias américains.




 

Vos commentaires