En ce moment
 
 

Séisme au Cachemire pakistanais : au moins 19 morts

A découvrir

Un séisme de magnitude 5,2 a fait au moins 19 morts et plus de 300 blessés mardi dans la partie du Cachemire contrôlée par le Pakistan, endommageant habitations et infrastructures dans cette région himalayenne.

L'épicentre se situe à 22,3 kilomètres au nord de la ville de Jhelum, à la limite entre la province du Pendjab et le Cachemire sous contrôle pakistanais, selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS).

Le séisme, survenu à une profondeur de 10 kilomètres, "a été ressenti dans la plus grande partie de la province du Pendjab (et) dans certaines parties du Khyber Pakhtunkhwa", dans le nord-ouest du Pakistan, a déclaré à l'AFP le météorologue pakistanais Muhammad Riaz. "Le pire s'est produit à Mirpur", ville du Cachemire pakistanais proche de l'épicentre.

"Au moins 19 personnes sont mortes et plus de 300 autres ont été blessées", a déclaré Sardar Gulfaraz, adjoint de l'inspecteur principal de Mirpur.

Le ministre de la Réhabilitation du Cachemire pakistanais, Ahmed Raza Qadri, a de son côté fait état de 20 morts et plus de 300 blessés.

A Mirpur même, des blessés étaient étendus sur des matelas à même le sol devant les services d'urgence de l'hôpital, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les 400 maisons composant le village de Sahankikri, en périphérie de Mirpur, sont "toutes endommagées ou complètement écroulées", s'est lamenté Shamraiz Akhtar, l'un des habitants, interrogé par l'AFP. "Nous sommes sans-abris maintenant."

"Je n'oublierai jamais l'horrible bruit" du séisme, a raconté Muhammad Ramzan, un autre habitant. "On avait l'impression que le village entier était retourné."

Des tas de gravats étaient visibles dans la petite commune frappée par le deuil, où des cris de souffrance résonnaient dans la nuit. Certains habitants ne faisaient que chuchoter, par crainte d'une réplique.

Le 8 octobre 2005, le Cachemire sous contrôle pakistanais avait déjà été la victime principale d'un séisme de magnitude 7,6 qui avait tué plus de 73.000 personnes et fait environ 3,5 millions de sans-abri.

Mardi, des journalistes de l'AFP ont aperçu de profondes crevasses lézardant une route proche de Mirpur, certaines inondées par l'eau d'un canal proche. L'armée a interrompu la circulation.

Outre la route, trois ponts ont été endommagés, a indiqué lors d'un point presse le président de l'Autorité nationale de gestion des désastres, le lieutenant-général Mohammad Afzal, qui a de son côté fait état de 10 morts et 100 blessés.

Le barrage de Mangla Dam, à proximité, n'a en revanche pas été affecté, a-t-il précisé.

Pylônes téléphoniques et autres poteaux électriques ont à l'inverse été fortement endommagés, a déclaré à l'AFP Naeem Chughtai, un habitant de Mirpur. Les médias pakistanais ont montré des images de voitures tombées dans des crevasses s'étant ouvertes dans une route et des bus renversés.

Les secours sont désormais déployés et "la situation est sous contrôle", a-t-il assuré, ajoutant que les autorités n'avaient pas besoin de volontaires pour l'instant.

L'armée pakistanaise a annoncé avoir mobilisé des avions et des équipes médicales ainsi que des troupes dans les zones affectées au Cachemire.

Avant le séisme, Mirpur était connue pour ses demeures luxueuses et ses liens étroits avec le Royaume-Uni. La moitié des 450.000 habitants de la ville disposent de passeports britanniques et pakistanais.

- Jusqu'à New Delhi -

Des secousses ont été ressenties jusqu'à New Delhi. L'agence Press Trust of India a rapporté que des gens paniqués se sont précipités hors de leurs maisons et de leurs bureaux dans plusieurs provinces indiennes, notamment le Rajasthan, le Pendjab et le Haryana.

"Le séisme a été ressenti mais aucun dégât n'a été signalé", a déclaré à l'AFP Amir Ali, du département de gestion des désastres au Cachemire indien.

Alors que les réseaux téléphoniques et internet sont coupés dans cette région depuis que New Delhi a révoqué début août son statut spécial, des internautes se sont émus de ne pouvoir communiquer avec leurs proches.

"S'il vous plaît rétablissez les connexions de téléphones portables au Cachemire. Je ne sais rien de ma famille depuis le 5 août. Nous sommes si inquiets maintenant (...) après le séisme", a tweeté l'un d'entre eux.

Le Pakistan, à la frontière entre les plaques tectoniques de l'Inde et de l'Eurasie, est particulièrement exposé aux tremblements de terre.

Outre le tremblement de terre dévastateur de 2005, un séisme de magnitude 7,5 avait fait près de 400 morts en octobre 2015 au Pakistan et en Afghanistan, détruisant des bâtiments sur un terrain accidenté qui avait entravé les opérations de secours.

Vos commentaires